Syrie: la Commission d’enquête internationale de l'ONU espère entrer dans le pays

Écouter /

La salle du Conseil des droits de l'homme à Genève (UN-Photo Jean-Marc Ferré)

La Commission d’enquête internationale sur les violations commises en Syrie espère pouvoir mener à bien ses investigations dans le pays tout en reconnaissant de ne pas avoir encore le feu vert des autorités syriennes. Lors d'un point de presse vendredi 20 septembre à Genève, le Président de la Commission a réitéré sa demande à ce que Damas coopère et autorise l’accès à différents responsables et différents endroits du pays. Paulo Pinheiro note également que la Commission accordera une attention particulière aux victimes et espère que la publication de ce rapport en fin novembre aura un impact, permettant ainsi une mobilisation de la communauté internationale.

La Commission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme en Syrie a été mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 23 août dernier lors d’une session extraordinaire. La Commission a commencé à rencontrer des diplomates et des ONG et espère s’entretenir avec une délégation syrienne attendue dans quelques jours à Genève. La Commission d'enquête fait remarquer que c’est une opportunité pour la Syrie de présenter son point de vue. Elle compte ainsi travailler dans ce pays « l’esprit ouvert et sans parti pris ».

Les membres de la Commission, qui comprend également deux autres experts, Yakin Ertürk (Turquie) et Karen Abou Zayd (Etats-Unis), ont été nommés le 12 septembre. La Commission devra remettre son rapport avant la fin novembre et transmettre ses conclusions au Secrétaire général de l’ONU ainsi qu’aux organismes compétents.

Au cours d’une première session spéciale sur la crise syrienne le 29 avril dernier, le Conseil des droits de l’homme avait déjà demandé en vain d’envoyer une mission d’enquête en Syrie. Empêché d’entrer dans le pays, le groupe d’experts mandatés par Haut-commissariat aux droits de l'homme de l’ONU avait pu toutefois se rendre dans les pays voisins, excepté le Liban, et recueillir des témoignages dévastateurs parmi les milliers de Syriens ayant fui leur pays.

(Extrait sonore : Paulo Pinheiro, Président de la Commission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme en Syrie ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...