Sûreté nucléaire : tirer les leçons de Fukushima

Écouter /

Sergio Duarte, Haut Représentant pour les affaires de désarmement (UN-Photo/Paulo Filgueiras)

À l'occasion d'une Réunion de haut niveau sur la sûreté et la sécurité nucléaires jeudi à New York, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé que les accidents nucléaires de la centrale de Tchernobyl il y a 25 ans et celui de la centrale de Fukushima Daiichi au Japon il y a à peine six mois, mettent en évidence le besoin d'une meilleure régulation internationale.

« Ensemble, ces accidents doivent servir à éveiller les consciences des populations de la Terre. Après tout, les effets des accidents nucléaires ne respectent aucune frontière. Pour protéger convenablement nos populations, nous devons avoir un consensus et une action internationale forte : nous avons besoin de standards de sécurité solides », a déclaré le Secrétaire général.

La Réunion de haut niveau qui s'est tenue ce jeudi a aussi été l'occasion de revoir les principales conclusions et recommandations de l'étude coordonnée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avec seize agences onusiennes sur l'impact et les implications de l'incident de Fukushima, qu'avait demandé le Secrétaire général Ban Ki-moon. Celle-ci prône notamment une plus grande transparence en tout ce qui concerne l'énergie nucléaire, que l'on analyse le rapport entre la sureté et la sécurité des installations nucléaires, que des plans d'urgence soient établis et que ceux-ci soient transparents et tiennent compte des préoccupations du public.

(Interview: Sergio Duarte, Haut représentant des Nations Unies pour le désarmement; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...