Réunion de haut niveau à l'ONU : la Libye à nouveau dans le concert des Nations

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, accueille Moustapha Abdeljalil, Président du Conseil national de transition (UN-Photo/Evan Schneider)

Après la décision vendredi dernier du Conseil de sécurité de l'ONU de créer la Mission d'appui des Nations Unies en Libye la (MANUL), pour épauler ce pays à rétablir l'ordre et la sécurité publics et promouvoir l'état de droit et après la nomination Ian Martin au titre de Représentant spécial de Ban Ki-moon dans ce pays c'est autour des États membres de l'ONU de se mobiliser pour aider l'ONU à mener à bien cette mission. C'est ce à quoi ils se sont engagés lors de la réunion de haut niveau tenue ce matin à l'ONU en présence notamment de Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies et de Barack Obama, Président des Etats-Unis d'Amérique.

Le Siège de la Libye à l'ONU a été attribué au Conseil national de transition, permettant ainsi à son président, Moustapha Abdeljalil, de rencontrer ce matin même avant le débat général le président américain Barack Obama et d'intervenir au nom de la Libye à la réunion de Haut niveau qui lui était consacrée, l'occasion de dire que le respect des droits de l'homme et des populations civiles ainsi que celui des travailleurs étrangers, sera le crédo de la nouvelle Libye. Barack Obama renouvelle pour sa part le plein soutien de son pays à la Libye au lendemain de quatre décennies d'obscurité et de tyrannie. Il se réjouit du festin de la démocratie naissante et de la liberté d'expression dans la rue, à la radio, sur la place publique et même sur les blogs internet et omet au passage à l'instar de Sarkozy d'expliquer pourquoi en dépit de cette obscurantisme, les grandes puissances avaient –récemment- établi des liens étroits avec le Colonel déchu. Nicolas Sarkozy a lui, reconnu que la liberté n'est pas sans risque mais que la dictature est la certitude de l'échec. Faisant une fois de plus valoir le principe de la responsabilité de protéger Sarkozy s'est montré bien fier de rappeler que son pays, fer de lance de l'action de la coalition en Libye, a su empêcher à Benghazi et ailleurs des massacres similaires à ceux entre Hutu et Tutsi au Rwanda ou encore à ceux de Srebrenica. Enfin tant le Secrétaire général de la Ligue arabe Nabil El-Arabi que le Premier ministre turc Tayyip Erdogan ont réitéré que la levée du gel de tous les avoirs libyens revêt une importance majeure pour aider le peuple de la Libye à prendre son avenir en main.

(Mise en perspective de Maha Fayek)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...