RDC : les militants de l'UDPS marchent pour la transparence du processus électoral

Écouter /

Les partisans de l'opposition marchent sur une des avenues principale de Kinshasa pour la révision du fichier électoral. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

En République démocratique du Congo, les rues grondent à l'approche de l'échéance électorale prévue fin novembre. Après l'acceptation mardi dernier par Etienne Tshisekedi, le Président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), d'être le candidat de l'opposition au scrutin présidentiel, ses militants ont organisé des marches dans les rues de Kinshasa et dans d'autres villes pour réclamer la transparence du processus électoral.

Les militants de l'UDPS ont organisé des marches jeudi 1er septembre à travers le pays. A Kinshasa comme à Mbuji-Mayi, les manifestants ne sont pas arrivés à destination. Ils ont rencontré sur leurs chemins des barrières érigées par la police nationale congolaise. A Kinshasa, la marche est partie de la 10ème rue dans la commune de Limete. Les partisans d'Etienne Tshisekedi se dirigeaient au siège national de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Une seule revendication: la transparence du processus électoral qui passe, selon eux, par l'accès au serveur du fichier électoral. Plus d'une centaine des militants ont pris d'assaut le boulevard Lumumba en direction du siège de la Ceni dans la commune de la Gombe. Plus ils avançaient, plus ils devenaient nombreux. Banderoles et drapeaux des différents partis politiques proche à Etienne Tshisekedi à la main, les manifestants ont observé le calme jusqu'au niveau du marché central. Arrivés à l'Hôtel de ville, la police a essayé de les empêcher de passer par cette voie. Ils ont alors dévié vers l'avenue du commerce. Là aussi, ils ont rencontré une résistance de la part de la police pour les dissuader d'atteindre le boulevard du 30 juin, la chaussée qui mène vers le siège de la Ceni. Les policiers ont alors commencé à tirer en l'air pour disperser les manifestants. Ils ont aussi recouru aux gaz lacrymogènes. En réaction, les manifestants ont brulé quelques véhicules des particuliers, selon la police. Cette situation a perturbé la circulation sur le boulevard du 30 juin pendant quelques heures.

A Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï oriental, les manifestants de l'UDPS et alliés sont partis de la permanence du parti vers le bureau de la Ceni pour déposer un mémorandum demandant l'accès au serveur central à Kinshasa. Sur ordre du maire de la ville, les éléments de la police et des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont été déployés dans les points chauds de la ville. Le secrétaire général de l'UDPS, Jacquemin Shabani, déclare, pour sa part que la marche était organisée pour revendiquer des élections libres, transparentes et démocratiques. Il ajouté que la police a également arrêté des dizaines de membres de son parti à Goma au Nord-Kivu, trente-cinq à Mbuji-Mayi ainsi que leur vice-président, mais aussi à Lubumbashi.

(Reportage de nos confrères de Radio Okapi)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...