Plus de femmes dans la diplomatie pour un monde plus équitable

Écouter /

Les questions de la participation de la femme à la société et de la défense de ses intérêts sont non seulement importantes par principe mais aussi parce leurs dividendes bénéficient à tous.

 Lorsque l'on éduque une fille, par exemple, elle a de fortes chances de mieux gagner sa vie, d'avoir des enfants plus tard; mais aussi que ceux-ci soient en meilleure santé, vivent mieux, et qu'ils soient à leur tour éduqués.

Lorsque les viols en temps de guerre sont sanctionnés lors des processus de paix et que des réparations sont faites aux victimes, ce sont les droits des citoyens qui sont reconnu et l'Etat de droit qui est renforcé.

 Il va de même pour la gouvernance. Plus les femmes sont associées aux prises de décision, plus les politiques sont variées et plus elles tiennent compte des intérêts de la famille et des communautés.

Or, force est de constater que les femmes sont largement minoritaires dans les instances gouvernantes à travers le monde, et qu'hélas, l'ONU ne fait pas exception. Ainsi, seuls 23 des 193 représentants permanents et observateurs de mission auprès des Nations Unies, sont des femmes. Au sein même de l'Organisation les femmes dans les postes de responsabilité, quoi que plus nombreuses depuis 2007, demeurent aussi une exception. Pour preuve, sur 120 Sous-secrétaires généraux, seuls 27 sont des femmes. En fait, en début de carrière, les femmes occupent environ la moitié des postes. Mais, plus on monte dans la hiérarchie, et moins elles sont représentées.

C'est pourquoi l'Institut de formation et de recherche des Nations Unies (UNITAR) cherche à promouvoir la présence des femmes dans le milieu diplomatique, notamment à travers l'organisation d'ateliers . A l'instar du récent atelier axé sur la négociation intitulé : « Les femmes dans les sphères de la diplomatie ».

Interview :

Hélene GANDOIS , responsable de programme de formation au sein de l'UNITAR

Florrie DARWIN , formatrice en négociation de la Faculté de droit de Harvard.

Lucie Fanta KOITA, chef de protocole de la Mission de Côte d'Ivoire auprès des Nations Unies

Interview, préparation et présentation : Cristina SILVEIRO

Production et mixage : Florence WESTERGARD

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...