Narcotrafiquants : Une menace pour les indigènes d'Amérique Latine

Écouter /

Des feuilles de coca sont mises en sacs en vue de leur transport, en Bolivie (UN-Photo/J. Sailas)

Les narcotrafiquants sont une menace pour les indigènes d'Amérique Latine. Tel est l'avertissement d'un expert de l'ONU sur les droits des populations autochtones au cours d'une conférence de presse à Genève, en marge des travaux du Conseil des droits de l'homme. James Anaya s'est également préoccupé de l'impact des activités des industries extractives sur les peuples autochtones et considère que les projets d'extraction des ressources naturelles sont la première cause de violations des droits des autochtones.

Les narcotrafiquants et les troupes paramilitaires constituent une menace pour les peuples indigènes, notamment en Amérique Latine. Selon le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des populations autochtones, ces craintes concernent surtout les populations indigènes de la Colombie, qui bien que protégées par la loi, sont « menacées d'extinction ».

Et des situations semblables à celle de Bogota ont été observées dans des régions d'Amérique centrale, au Pérou et au Mexique. James Anaya cite également le cas du Brésil, où un grand nombre de fermiers utilisent des services de sécurité privés pour déloger les indigènes qui réoccupent leurs terres ancestrales, qui sont maintenant la propriété des fermiers.

Autre source de préoccupation de l'Expert de l'ONU qui a présenté son rapport devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, les activités d'exploitation minière ou les projets hydroélectriques qui ont des répercussions sur la vie des peuples autochtones. Il met en cause aussi bien entités publiques que les entreprises privées qui bafouent ces droits humains du fait d'une demande croissante de ressources et d'énergie. Dans ces conditions, le Rapporteur spécial considère que les projets d'extraction de ressources naturelles et autres projets de développement d'envergure en territoire autochtone constituent l'une des premières causes de violations des droits des peuples autochtones dans le monde.

Le modèle actuellement suivi pour développer les activités extractives dans les territoires des peuples autochtones se révèle incompatible avec l'autodétermination des peuples autochtones dans les sphères politique, sociale et économique. Il convient de mentionner que certains gouvernements ont tenté d'atténuer les effets négatifs des activités minières mais le fait est que les droits de l'homme continuent d'être bafoués du fait d'une demande croissante de ressources et d'énergie.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...