Moyen-Orient : l'ONU demande l'arrêt immédiat des destructions des biens des Palestiniens

Écouter /

Un vieil homme est assis en dehors du tente fournie par UNRWA dans le nord Gaza-photo: Suhair Karam/IRIN

Un groupe d’experts indépendants des Nations Unies a appelé mardi à « l’arrêt immédiat » de la destruction par les autorités israéliennes et les colons de biens appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie, déplorant « l’augmentation dramatique » de ces démolitions depuis le début de l’année. Les experts onusiens jugent que ces mesures prises par les autorités israéliennes violent les droits de l’homme et les lois humanitaires et doivent cesser immédiatement. Ils mettent ainsi en avant l’impact et la nature discriminatoire de ces démolitions et de ces évictions qui sont totalement inacceptables à leurs yeux.

Les Experts indépendants onusiens justifient leur réquisitoire par l'ampleur des démolitions. A certains endroits, il y a presque chaque semaine des terres, des arbres, des récoltes de villageois palestiniens incendiés par des colons israéliens. Les Rapporteurs spéciaux précisent que « depuis janvier 2011, au moins 387 structures dont 140 habitations et 79 installations agricoles ont été détruites avec pour conséquence le déplacement forcé de 755 personnes » et des dommages affectant 1500 autres personnes.

En conséquence, le nombre de personnes déplacées depuis août 2011 dépasse déjà le nombre de personnes déplacées pendant toute l’année 2010. Les experts redoutent que ces démolitions résultent « de la politique de zonage discriminatoire et restrictive et des politiques de planification appliquée par le gouvernement d’Israël » aux Palestiniens en Cisjordanie.

Le Rapporteur spécial sur le droit au logement convenable, Raquel Rolnik, note à cet égard que « non seulement ces familles, dont certaines vivent depuis des décennies dans leur maison, sont expulsées mais elles ne reçoivent aucune compensation ou réinstallation et sont même obligées de payer pour la démolition et des amendes pour construction illégale ». Pour sa part, le Rapporteur spécial sur le droit à l’eau potable, Catarina de Albuquerque, a relevé qu’au moins 20 citernes et 12 puits ont été détruits depuis le début de l’année, affectant l’accès à l’eau potable de dizaines de milliers de Palestiniens. De son coté, le Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, a averti que ces destructions « exacerbent l’insécurité alimentaire des Palestiniens en Cisjordanie ».

« Les autorités israéliennes doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les attaques des colons israéliens contre les Palestiniens et les biens palestiniens en Cisjordanie, dont Jérusalem-est. Elles doivent enquêter sur les actes criminels commis par les colons de manière indépendante », ont conclu les experts de l'ONU.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...