Libye : une réunion de haut niveau organisée le 20 septembre à l'initiative de Ban Ki-moon

Écouter /

Seconde et dernière partie de notre coup de projecteur sur le rôle que pourrait jouer l'ONU dans la reconstruction de la Libye. Et ce après la tenue, jeudi à Paris, de la réunion des Amis de la Libye, à laquelle a participé Ban Ki-Moon. Le Secrétaire général qui a annoncé la tenue d'une réunion de haut niveau sur la Libye le 20 septembre prochain en marge de la 66ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

L'occasion d'étudier la pertinence d'une mission de l'ONU en Libye, comme le souligne Denise O'Brien, Responsable de l'Afrique du Nord aux Département des affaires politiques. La mission aurait à cœur, de répondre favorablement aux demandes exprimées par les dirigeants du Conseil national de transition libyen concernant une aide humanitaire d'urgence, et un soutien pour les élections, et la reconstruction des institutions politiques, économique et sociales.

La réunion des Amis de la Libye a permis d'insister sur la nécessité de pouvoir dégeler les avoirs libyens déposés dans plusieurs banques étrangères. Selon des estimations revues à la hausse, ceux-ci représenteraient entre 50 et 150 milliards de dollars. D'ores et déjà, le Conseil de sécurité de l'ONU a accepté de débloquer 1,5 milliard de dollars d'avoirs libyens.

Vendredi dernier, Ban Ki-moon avait tenu une réunion par vidéoconférence avec les hauts responsables de l'Union africaine, de la Ligue des Etats arabes, de l'Union européenne et de l'Organisation de la coopération islamique, pour mieux définir le rôle des Nations Unies dans la phase post-conflit et les étapes à suivre.

Selon le Chef du Département des affaires politiques de l'ONU, Lynn Pascoe, le Conseil national de transition souhaiterait que l'ONU joue un rôle central dans la période post-conflit en Libye. L'Organisation pourrait apporter son expertise tant sur le plan politique, sécuritaire ou humanitaire. L'assistance électorale, la mise en place et le renforcement des institutions, le désarmement, ou encore la coordination humanitaire, sont autant de domaines auxquels pourrait contribuer l'ONU si les Libyens le souhaitent.

(Interview : Denise O'Brien, conseillère politique, Responsable de l'Afrique du Nord aux Département des affaires politiques des Nations Unies; propos recueillis par Cristina Silveiro – Deuxième et dernière partie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...