Libye : le Conseil de sécurité crée la MANUL

Écouter /

Le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé vendredi 16 septembre de créer la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), pour notamment épauler ce pays à rétablir l’ordre et la sécurité publics et promouvoir l’état de droit. Dans une résolution adoptée à l’unanimité, les 15 membres du Conseil de sécurité ont décidé de créer cette mission pour une période initiale de trois mois. Elle sera dirigée par un Représentant spécial.

« La MANUL sera mandatée pour épauler et soutenir les efforts faits par la Libye afin de rétablir l’ordre et la sécurité publics et promouvoir l’état de droit ; entamer une concertation politique sans exclusive, encourager la réconciliation nationale, et lancer la rédaction de la constitution et le processus électoral ; défendre et protéger les droits de l’homme, notamment ceux des personnes appartenant à des groupes vulnérables, et soutenir la justice transitionnelle », précise la résolution.

Le mandat de la MANUL consistera aussi à aider les autorités de la Libye nouvelle « à prendre les mesures immédiates voulues pour relancer l’économie ; coordonner l’appui qui pourrait le cas échéant être demandé à d’autres intervenants multilatéraux et bilatéraux. » Les membres du Conseil de sécurité prennent note « des événements survenus en Libye », se félicitent « de l’amélioration de la situation dans le pays » et attendent « avec espoir que la stabilité s’y instaure ». Ils encouragent le Conseil national de transition (CNT) libyen à « protéger la population libyenne, rétablir les services publics et allouer les fonds libyens de façon ouverte et transparente ; prévenir de nouveaux abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, et mettre fin à l’impunité ; garantir un processus politique sans exclusive fondé sur la concertation en vue de parvenir à un accord sur une constitution et à la tenue d’élections libres et honnêtes ; assurer la sécurité des étrangers en Libye, en particulier ceux qui ont été menacés, maltraités ou placés en détention ; prévenir la prolifération de missiles sol-air portables et d’armes légères, et honorer les obligations d’assurer le contrôle et la non-prolifération des armements qui reviennent à la Libye en vertu du droit international ».

(Extrait sonore : Ambassadeur Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...