La paix et la sécurité doivent être les priorités de la Libye nouvelle, selon l'ONU

Écouter /

Nicolas Sarkozy (à gauche), Président de la France

A l’occasion d’une rencontre de haut niveau sur la Libye, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi à faire de la paix et de la sécurité une priorité pour le pays toujours en proie à des affrontements entre partisans du colonel Mouammar Qadhafi et les forces loyales au Conseil national de transition (CNT) libyen.

« La première des priorités doit être la paix et la sécurité. Les combats continuent dans certaines parties du pays. Ailleurs, cependant, nous sommes encouragés par le fait que tant de Libyens, tant de communautés, ont déposé les armes et travaillent ensemble pour construire une nouvelle nation. Nous exhortons ceux qui ne l’ont pas fait à les rejoindre », a déclaré mardi Ban Ki-moon lors de cette réunion de haut niveau qu’il présidait au siège des Nations Unies à New York.

Etaient également présents à cette réunion plus de cinquante chefs d’Etats et membres de gouvernements parmi lesquels, le Président du CNT, Mustafa Abdel Jalil, le Président des Etats-Unis, Barack Obama, le Président de France, Nicolas Sarkozy, le Président de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara ou encore le Président du Conseil de l’Europe, Herman Von Rompuy.

Cette réunion de haut-niveau survient alors que le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé vendredi la création de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) et que Ban Ki-moon vient de nommer le Britannique Ian Martin comme Représentant spécial de l’ONU pour ce pays.

« Pour la Libye, c’est un jour historique. Vendredi dernier, l’Assemblée générale a voté à une écrasante majorité la reconnaissance de leur leadership de la Libye nouvelle », a souligné Ban Ki-moon, en faisant référence à l’approbation vendredi par l’Assemblée générale des Nations unies de la demande de Tripoli d’accréditer les représentants du Conseil national de transition libyen. Le nouveau drapeau libyen flottait mardi matin au siège des Nations Unies.

Le chef de l’ONU a salué les engagements pris par les dirigeants du CNT notamment son Président Mustafa Abdel Jalil. « Ils ont répété publiquement vouloir embrasser les principes essentiels de tolérance, de modération, de réconciliation, des droits humains et de l’état de droit et en particulier du droits des femmes et des travailleurs migrants », a-t-il dit.

« Ce sont les premières pierres de toute société démocratique moderne », a-t-il ajouté.

Lors d’une visite la semaine dernière de M. Martin à Tripoli, les dirigeants du CNT ont demandé l’aide des Nations Unies pour le processus électoral, la réforme constitutionnelle, la sécurité publique, les droits humains, la justice transitionnelle, l’état de droit, l’égalité de genre, la réconciliation et la reconstruction.

« Nous devons répondre rapidement pour consolider la paix et la démocratie », a insisté Ban Ki-moon.

A l’issue de cette rencontre de haut niveau, le Secrétaire général a publié une déclaration au nom de tous les participants dans lequel ceux-ci expriment “leur entier soutien aux autorités transitoires libyennes représentées par le Président du CNT”.

La déclaration appelle également le CNT “à former rapidement un nouveau gouvernement intérimaire ouvert à tous qui reflète la diversité de la société libyenne”. Elle souligne la détermination des participants à la réunion “à renforcer le partenariat avec le gouvernement intérimaire pour améliorer la vie des Libyens” et la volonté de poursuivre leurs discussions dans de futures réunions des “Amis de la Libye”.

Mardi, le Secrétaire général de l’ONU a également eu un entretien bilatéral avec le Président du CNT, M. Jalil. Il a salué le CNT et le peuple libyen pour leur courage et leur détermination en faveur du changement démocratique. Les deux hommes ont discuté du déploiement de la MANUL, a fait savoir mardi le porte-parole du Secrétaire général dans un compte-rendu de la rencontre.

Le chef de l’ONU a abordé les défis à venir dans le domaine du désarmement, de la réconciliation nationale, du renforcement de l’état de droit et des institutions démocratiques.

Ban Ki-moon a estimé que la large participation des Etats membres à cette rencontre de haut-niveau constituait la preuve de l’intérêt de la communauté internationale en faveur du succès des Libyens pour construire une nation prospère et démocratique.

Le Secrétaire général a exhorté le CNT à garantir que le gouvernement intérimaire soit réellement représentatif du peuple libyen.

(Discours intégral de Nicolas Sarkozy, Président de la France à la Réunion de Haut Niveau sur la Lybie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...