Ban Ki-moon : le développement durable est la priorité du 21ème siècle

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pose avec le Vice-Chancelier de l'Université de Sydney, Michael Spence, et Matheus Yeo, un étudiant (UN-Photo/Eskinder Debebe)

A l’occasion d’un discours jeudi à l’Université de Sydney, en Australie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a insisté sur la nécessité d’un développement durable qui permette à une humanité toujours plus nombreuse de vivre sans détruire la planète.

Pour cela, il a insisté sur le besoin d’établir la connexion entre les changements climatiques, la rareté des ressources naturelles comme l’eau potable ou l’énergie et les questions de santé, de sécurité alimentaire et d’autonomisation des femmes.

« Au premier abord, ces sujets semblent distincts, mais ils sont étroitement liés et nous devons trouver ces liens. Malheureusement, nous assistons actuellement à de nombreux exemples de cas où nous ne l’avons pas fait à temps. Regardez la situation dans la Corne de l’Afrique, où le conflit, les prix élevés des denrées alimentaires et la sécheresse ont mis en péril la vie de 12 millions de personnes », a déclaré Ban Ki-moon devant des étudiants et des enseignants.

Selon lui, la compétition entre les communautés et les pays pour avoir accès aux ressources naturelles, et particulièrement l’eau, est de plus en plus rude. La migration environnementale a déjà commencé et ce phénomène va s’accélérer au rythme de la montée du niveau de la mer et cela va transformer la composition démographique et géographique de la terre.

« Le changement climatique est une réalité, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter. Des millions de personnes souffrent déjà de son impact. Une ressource est plus rare et précieuse que toutes les autres, il s’agit du temps qui commence à manquer. Lors des premières 50 années de ce siècle, la population mondiale va augmenter de 50% alors qu’il faudrait que les émissions de gaz à effet de serre diminuent de 50% », a rappelé le Secrétaire général.

De nombreux pays ont d’ores et déjà choisi de mettre en œuvre des stratégies pour un développement plus respectueux de la planète. La Chine a promis de réduire ses émissions de carbone de 45% lors de la décennie à venir. Le pays produit actuellement la moitié des équipements d’énergie solaire et éolienne du monde et cela augmente constamment.

L’Union européenne s’est engagée à réduire avant 2020 ses émissions d’au moins 20% par rapport au niveau de 1990, et cela indépendamment de ce que feront les autres pays. Cet engagement n’a pas faibli malgré la conjoncture économique actuellement difficile.

L’Inde a annoncé un plan prévoyant d’augmenter de 350% ses investissements dans le secteur de l’énergie propre et renouvelable au cours de cette décennie. Le Brésil a promis de réduire la déforestation de 80% avant 2020.

« La feuille de route de Bali de 2007 a lancé les négociations qui ont lancé le processus global. À commencer par le sommet de Copenhague de 2009, et confirmé à Cancun l’année dernière, tous les pays du monde se sont mis d’accord sur l’objectif de limiter la hausse des températures à moins de 2 degrés Celsius », a encore dit Ban Ki-moon.

Selon lui, le financement nécessaire, une condition sine qua none pour réaliser ces projets ambitieux, doit évoluer du stade de concept au stade de réalité avec l’octroi rapide de financements et l’identification de modèles de financement sur le long terme. La Conférence « Rio+20 » des Nations Unies qui aura lieu l’année prochaine sera une occasion importante pour avancer dans ce domaine.

Après ce discours, le Secrétaire général s’est rendu dans la capitale australienne Canberra pour participer à une cérémonie d’inauguration d’un projet de reforestation d’une zone dévastée par un feu de forêt en 2003. Le projet a été soutenu par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), et le Secrétaire général a planté symboliquement un olivier.

« Nous sommes face à un défi immense pour l’ensemble des citoyens de cette planète et je suis heureux de pouvoir participer à cet évènement significatif. J’espère que tout le monde joindra cet effort pour que cette colline redevienne verte et pour que toutes les collines du monde redeviennent vertes », a déclaré Ban Ki-moon.

Finalement, le Secrétaire général a rencontré le Ministre de la défense australien, Stephen Smith, pour discuter d’un renforcement de la collaboration entre les Nations Unies et l’Australie dans les domaines du maintien de la paix, des menaces qui pèsent actuellement sur la paix dans le monde et des mesures qui peuvent être prises pour protéger les civils et pour promouvoir le respect des droits de l’homme. Le Secrétaire général a exprimé la gratitude de l’ONU pour les contributions de l’Australie, notamment dans les opérations de maintien de la paix au Timor Leste, en Libye, en Somalie et à Chypre.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...