Haïti : la MINUSTAH applique sa politique tolérance zéro

Écouter /

Des casques bleus à Les Cayes en Haïti (UN Photo/Logan Abassi)

La Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti, la MINUSTAH, a été saisie d'allégations contre quatre de ses soldats du contingent uruguayen. Ils sont accusés du viol collectif d'un jeune haïtien âgé de 18 ans à Port-Salut.

La Mission à immédiatement ouvert une enquête préliminaire d'établissement des faits et de recueil de documentation, dont la vidéo téléphonique prise lors de l'agression, avant d'alerter les autorités uruguayennes des allégations.

D'après la cheffe de l'information de la Mission, Eliana Nabaa, l'Organisation des Nations Unies, conformément aux accords conclus avec les pays contributeurs de troupes, une fois saisie d'allégations de ce genre, doit informer les autorités nationales des présumés auteurs de l'acte afin qu'elles jugent des mesures à prendre. L'affaire doit être jugée dans le pays d'origine et les Nations Unies effectuent ensuite un suivi pour s'assurer que les accusés ont comparu devant la justice, qu'ils ont été condamnés conformément aux charges et qu'ils exécutent leur peine.

Selon le Commandant de la Force de la Mission, le général de division Luiz Ramos, ce comportement est « inacceptable ». Le général dit s'être réuni avec tous les commandants pour marteler combien un tel incident est grave et nuisible. « Nous sommes là, à travailler assidument depuis 2004, et j'ai 9 000 troupes, et tout d'un coup cinq mauvais soldats font quelque chose de très mauvais, donc je tiens à souligner que c'est un cas isolé, et je crois que la population locale comprend que les soldats de maintien de la paix de la MINUSTAH font de leur mieux pour leur apporter une meilleure vie. » Selon le général Ramos aussi, les soldats auraient accepté la responsabilité de leur acte.

L'Uruguay, qui en proportion de sa population constitue le plus grand contributeur de troupes aux opérations de maintien de la paix onusiennes, a répondu avec célérité et fermeté. Le Ministre de la défense a pris la décision de rapatrier les quatre soldats et leur commandant immédiatement pour que ceux-ci répondent de ces accusations.

Lundi, une manifestation pacifique a eu lieu à Port-Salut demandant justice et réparation pour la victime.

(Extrait sonore : Eliana Nabaa, cheffe de l'information de la MINUSTAH; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...