Djibouti : Ismaël Omar Guelleh prône la poursuite de la médiation avec l'Erythrée

Écouter /

Ismaël Omar Guelleh, Président de Djibouti

Le débat général de la 66ème session de l'Assemblée générale de l'ONU en est déjà à son troisième jour. Avec en prime des réunions parallèles, en marge des travaux de l'Assemblée. Au titre des segments de haut niveau tenus ce matin au Siège de l'Organisation mondiale, il faut citer ceux consacrés à la non-prolifération des armes nucléaires et au groupe des 77 qui rassemble en fait en un forum plus de 130 pays, pour la plupart en transition ou en développement.

Alors que la Plénière de l'Assemblée générale se préparait à entendre Mamoud Abbas, le Président de l'Autorité palestinienne et Benjamin Netanayou, le Premier ministre israélien, après le dépôt officiel par les Palestiniens de leur candidature à un siège d'Etat Membre à part entière de l'ONU. Parmi les intervenants qui les ont précédés, Ismaël Omar Guelleh, Président et Chef du Gouvernement de la République de Djibouti……

Ismaël Omar Guelleh s'est félicité de la création tant attendue de l’organisation des Nations Unies pour la Femme, dont l’avènement annonce les progrès remarquables qui ont été faits au

cours du siècle dernier dans la quête de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Il a fait valoir que les pays les moins avancés sont encore plus durement touchés par les différentes crises qui frappent actuellement le monde. Il a invité la communauté internationale à accorder une attention particulière à la situation unique des PMA et à les soutenir davantage en allégeant le fardeau croissant de la dette, en les assistant à améliorer leurs capacités de production et enfin en leur facilitant l’accès aux marchés mondiaux à des conditions plus favorables.

Il a fait remarquer que couplé avec le malaise économique, on assiste, partout dans le monde, à des disparités climatiques sans cesse grandissantes, allant d’un extrême à l’autre. JI est, désormais, très commun de voir certains pays frappés successivement par des inondations puis par de sécheresses, des tremblements de terre, des ouragans dévastateurs ou encore des tsunamis. Dans la région de la Corne de l’Afrique, les aléas du climat sont depuis longtemps une réalité comme en témoignent les cycles récurrents de sécheresse. La situation aujourd’hui est le résultat de plusieurs années de sécheresse qui ont décimées les cheptels des populations nomades et détruit leurs maigres récoltes. Les besoins immédiats restent urgents et Djibouti est reconnaissant envers les pays amis et les organismes internationaux qui ont pris part à ses efforts. Cependant, il faut aller au-delà de la gestion réactive et les efforts doivent donc désormais se concentrer sur la gestion préventive à long terme.

Le pays le plus touché par cette crise demeure Somalie du fait de la situation de sécurité précaire qui ne permet pas l’accès à certaines populations. Mais grâce à la situation sécuritaire désormais maitrisée dans la capitale, le peuple Somalien et ses dirigeants ont devant eux une opportunité sans précédent de faire renaitre une paix durable, de mettre un terme à l’interminable “processus de transition”, et de faire avancer le pays vers une gouvernance permanente d’ici l’année prochaine. La communauté internationale, pour sa part, ne doit pas perdre de vue les faiblesses évidentes du Gouvernement de Transition, et doit s’efforcer de lui fournir les ressources nécessaires pour renforcer ses capacités. Le Gouvernement Somalien devrait saisir cette occasion pour montrer de la détermination, du courage et du leadership.

Si Djibouti a su préserver la paix au prix de nombreux efforts, nous avons malheureusement été entrainés malgré nous dans un conflit frontalier avec l’Erythrée en juin 2008. Depuis cette date, malgré les efforts acharnés des organisations régionales et internationales et l’adoption par le Conseil de sécurité des résolutions de 1862 et 1907, l’Érythrée refuse de nous répondre quant au sort des 19 prisonniers de guerre Djiboutiens, ni même de reconnaître leur existence. Cela reste un sujet de grave préoccupation et une source de profonde tristesse pour mon peuple et moi-même.

Cependant, et malgré le non-respect par l’Erythrée des exigences claires énoncées dans ces résolutions, le gouvernement de Djibouti et son Président restent convaincus que la médiation est la seule issue qui nous permettra d’aboutir à une paix durable. C’est avec cette conviction à l’esprit que le gouvernement a accepté les efforts et la bonne volonté de Son Altesse Royal l’Émir du Qatar. Cela a conduit au stationnement de troupes qataries à la frontière entre Djibouti et l’Érythrée et au retrait des troupes érythréennes des

territoires Djiboutiens qu’elles occupaient illégalement. Pour sa part, Djibouti reste disposé à coopérer pleinement avec les efforts sincères déployés par Son Altesse Royal, l’Émir du Qatar et nous restons confiants quant à l’issue pacifique de cette médiation.

Le Soudan du Sud est devenu le 193ème Etat Membre le 13 juillet dernier. La Palestine quant à elle vit encore à ce jour sous l’occupation ce qui est de nos jours moralement répréhensible et politiquement insoutenable. Le sort que connaissent les Palestiniens depuis plus de soixante ans, Djibouti l’a connu, combattu et vaincu en obtenant la reconnaissance de ses pairs. Plus que n’importe quelle autre institution, les Nations Unies représentaient pour les peuples colonisés l’Espoir. L’espoir de lendemains meilleurs, débarrassés du joug colonial. L’espoir de vivre dans son pays en jouissant de sa liberté et de ses droits. L’espoir surtout de retrouver la dignité.

Le Président de Djibouti a conclu son intervention en déclarant : ''L’heure est venue pour nous de rendre espoir à nos frères et soeurs palestiniens en leur reconnaissant le droit de devenir un État à part entière. L’heure est venue d’en finir avec l’état de siège, la misère et le désespoir. L’Histoire retiendra, je l’espère, qu’en ce jour nous avons fait le choix de mettre fin à l’injustice. Le choix de donner enfin à la Palestine une place à part entière au sein de la

communauté internationale''. Il a conclu en affirmant que ''L’Histoire retiendra surtout que nous avons fait le choix de ne pas décevoir l’Espoir du peuple de Palestine''.

(Extrait sonore : Ismaël Omar Guelleh, Président de Djibouti)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...