Corne de l'Afrique : l'ONU appelle à davantage d'assistance

Écouter /

Un enfant souffrant de malnutrition attend de recevoir des soins dans un hôpital de Mogadiscio, en Somalie (UN-Photo/Stuart Price)

A l'occasion d'un mini-sommet sur la Corne de l'Afrique au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé samedi que l'assistance de la communauté internationale face à la crise alimentaire et la sécheresse dans la région n'était pas suffisante et a lancé un appel à la générosité.

« La Corne de l'Afrique est en crise, et cette crise devient de plus en plus profonde chaque jour. En Ethiopie, au Kenya, en Somalie et à Djibouti, plus de 13 millions de personnes ont besoin d'aide. En Somalie, la famine s'est propagée à de grandes parties du sud », a dit Ban Ki-moon dans un discours.

Le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, le Président de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, le Premier ministre du Kenya, Raila A. Odinga, le Premier ministre de la Somalie, Abdiweli Mohamed Ali, et le Vice Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères d'Ethiopie, Hailemariam Desalegn, participaient également à ce mini-sommet qui était présidé par la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos.

Ban Ki-moon a rappelé que les Nations Unies et leurs partenaires fournissaient de la nourriture, des soins de santé et d'autres formes d'assistance à plus d'un million de personnes de la région et que des progrès avaient été faits pour aider ceux dans le besoin en Somalie.

« Mais ce n'est pas encore suffisant. Nous pourrions sauver davantage de vies si nous étions autorisés à avoir accès aux zones sous le contrôle des Al-Shabaab. Ce n'est pas par hasard que ces districts sont ceux où la crise est la plus sévère. La Somalie ne sera jamais libérée de la menace de la famine tant qu'il n'y aura pas de paix et de stabilité », a déclaré le Secrétaire général.

Il a lancé un appel à la générosité pour financer l'assistance internationale. « Beaucoup d'entre vous ont donné généreusement, mais nous avons encore besoin d'environ 700 millions de dollars cette année. L'année prochaine, nous aurons besoin de davantage », a-t-il dit.

Ban Ki-moon a aussi rappelé que sur le long terme, il s'agit d'une crise de résilience et de développement. « Même si nous maintenons les gens en vie aujourd'hui, nous devons les aider à survivre à une nouvelle crise demain », a-t-il souligné. « S'attaquer aux causes profondes de la sécheresse et de l'insécurité alimentaire nécessite une approche de long terme de la part des autorités nationales et des bailleurs de fonds ».

Il a noté qu'en Ethiopie et au Kenya, des projets aident à garantir avec succès qu'il n'y ait pas de famine malgré la pire sécheresse depuis des décennies. « Il s'agit d'une véritable réussite qui peut être répliquée un jour en Somalie », a-t-il estimé.

Le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a pour sa part rappelé que la communauté internationale avait « une responsabilité collective de fournir un soutien moral et financier aux populations les plus vulnérables. »

Il a remercié les Etats membres pour leur générosité et a souligné les initiatives régionales, notamment celles de l'Union africaine et de l'Organisation de la conférence islamique.

« Je souhaite encourager les Etats membres à utiliser le cadre de l'assistance multilatérale, ou à travailler étroitement avec, pour garantir que vos contributions généreuses soient utilisées de manière efficace pour sauver des vies et aider à reconstruire la résilience locale », a-t-il ajouté.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...