Assemblée générale de l’ONU: au terme de son mandat, Joseph Deiss satisfait du travail accompli

Joseph Deiss, Président de la 65ème Session de l’Assemblée générale avec le Secrétaire général Ban Ki-moon

La 65ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies a été présidée par Joseph Deiss. Par souci d'efficacité, le diplomate suisse avait décidé d’organiser le travail de cette session de l'Assemblée générale autour de trois grands domaines, à savoir la lutte contre la pauvreté et la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), l'économie verte et le développement et enfin la gouvernance mondiale.

Au terme de son mandat d’une année à la tête de l’Assemblée générale, Joseph Deiss se dit satisfait des progrès réalisés dans chacun de ces domaines. Cela à travers notamment les Sommets de haut niveau sur les OMD, sur la lutte contre le SIDA, les discussions sur la réforme du Conseil de sécurité, la Conférence d'Istanbul sur les pays les moins avancés (PMA), la Conférence sur la biodiversité de Nagoya, ou encore de l'adoption de la résolution A/65/94 pour le rapprochement entre le G20 et l'ONU.

Mais ce qui comble peut être le plus cet homme engagé, dans les dossiers d'actualité, c’est entre autres la pertinence, selon lui, de la décision de l’Assemblée générale de suspendre la Libye en tant que membre du Conseil des droits de l'homme.

Pour l'universitaire suisse, la plus vive émotion ressentie au cours de sa présidence aura été d'accueillir la République du Soudan du Sud en tant que 193ème Etat Membre de l'ONU. En revanche, sa plus grande déception « est de ne pas pouvoir répondre à tous les espoirs de ceux qui souffrent, en particulier ceux dont la dignité est atteinte ».

Invité : Joseph Deiss, Président de la 65ème Assemblée génétale

Interview, production et présentation : Cristina Silveiro

Mixage : Florence Westergaard

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...