Soudan du Sud : l'OIM aide des milliers de déplacés par des luttes tribales

Écouter /

Pibor, au Soudan du Sud, vue depuis un hélicoptère de la MINUSS (UN-Photo/Isaac Billy)

Avec le soutien de la Mission des Nations Unies en République du Soudan du Sud (MINUSS), l'Organisation internationale pour les migrations, a héliporté 5 000 moustiquaires, 5 000 couvertures et d'autres articles d'aide non alimentaire à environ 3 500 personnes déplacées par des violences intertribales dans l'Etat de Jonglei. Ce conflit fait suite à des vols de bétail.

D'après les responsables du gouvernement du Soudan du Sud, les affrontements, qui ont opposé la semaine dernière populations Murle et Lou Nuer, ont causé la mort de 600 personnes et l'enlèvement de 208 enfants. En outre, 250 000 personnes ont été délogées en raison du pillage et de l'incendie de 7 924 maisons.

Depuis, des femmes, des enfants, des personnes âgées et des malades déplacés vivent dans six camps de fortune à Pieri, Pathai, Yuai, Mutot, Karaam et Pulchol, tous situés dans l'Etat de Jonglei, sans aucune protection contre les fortes pluies qui continuent de s'abattre sur de nombreuses régions du Sud-Soudan.

Le personnel de l'OIM explique que les camps de fortune, faits de paille et de branchage, ne disposent d'aucune structure sanitaire, ce qui augmente le risque d'épidémie pendant la saison des pluies en cours.

« Les organisations humanitaires sont confrontées à de nombreux problèmes dans la fourniture d'aide aux déplacés », confie Gerry Waite de l'OIM à Juba. « Les quelque routes praticables pendant la saison sèche ont été inondées par les fortes pluies, rendant l'accès inaccessible à de nombreuses zones touchées. »

L'insécurité causée par les attaques de la milice sur le personnel humanitaire, ses véhicules, et les vols de voitures, entrave le travail des organisations humanitaires dans l'Etat de Jonglei.

Les champs de mines placées pendant la guerre civile qui a duré vingt ans et qui s'est terminée par la signature d'un accord de paix en 2005, représentent un autre danger pour la sécurité.

L'opération héliportée effectuée par les hélicoptères de la MINUSS et coordonnée par l'ONG Save the Children et l'action humanitaire polonaise a permis de distribuer de l'aide aux villages isolés de Mutot, Pulchol et Karaam, qui étaient jusqu'ici hors de portée des organisations humanitaires et qui accueillent quelque 12 000 déplacés.

(Extrait sonore : Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...