Somalie : L'OMS préoccupée par les risques de flambée de maladie

Un enfant souffrant de malnutrition est amené vers la Mission d'observation militaire de l'Union africaine en Somalie (UN-Photo/Stuart Price)

Les Nations Unies continuent de tirer la sonnette d’alarme et mettent engarde contre une famine qui pourrait perdurer jusqu’à la fin de l’année.Sur le terrain la situation empire: les populations des zones agricolestraditionnelles affluent en direction de Mogadiscio en fuyant la famine.Dans ces conditions, les taux de malnutrition en Somalie sont les plusélevés au monde à l'heure actuelle et exposent un peu plus les plus faiblesaux maladies. L'OMS reste ainsi très préoccupée par les risques de flambée de maladiedans les régions touchées par la famine et la sécheresse à cause notammentdu manque d'eau potable et les conditions de vie dans les camps sont trèsdifficiles, sans oublier la vulnérabilité des personnes touchées par lamalnutrition. Selon le porte-parole de l'OMS, la diarrhée aigue est en augmentationparticulièrement chez les enfants de moins de cinq ans. Fadela Chaib citel'exemple de Mogadiscio où sur 3839 personnes touchées par la diarrhéeaiguë dans la capitale somalienne, 77 % sont des enfants de moins de cinqans. L'OMS signale en outre des cas de rougeole et de Kala-azar, plus connu sousle nom de leishmaniose viscérale, dans d'autres parties de la Somalie etdans les camps de réfugiés somaliens au Kenya. Des cas de choléra seraientégalement confirmés en Somalie. L'OMS et l'UNICEF ont lancé cette semaine une campagne de vaccination dansle camp de réfugiés et de déplacés, contre la polio et la rougeole pourtous les enfants de moins de cinq ans. L'ONU considère la situation actuelle en Somalie comme la plus sévère crisehumanitaire dans le monde et la pire crise de sécurité alimentaire depuisla famine de 1991. (Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de FadelaChaib, porte-parole de l'OMS)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...