Somalie: le PAM ne compte pas réduire l'aide humanitaire malgré les allégations de vols de vivres

Le Programme alimentaire mondial (PAM) ne compte pas réduire l'aide alimentaire à la Somalie malgré les allégations de vols de nourriture. Selon l'une de ses porte-parole, le Programme a ouvert une enquête sur ces vols présumés qui représenteraient moins d’un pour cent de la distribution mensuelle de nourriture en Somalie.

Christiane Berthiaume affirme que les Nations Unies procèdent à « des contrôles rigoureux sur place », tout en reconnaissant « les risques inévitables » de livraison de l’aide humanitaire à des millions de Somaliens « dans un environnement dangereux ».

La porte-parole du PAM note que la plus grande partie de l’aide humanitaire destinée aux populations touchées par la sécheresse et la famine en Somalie parvient à ses destinataires. Elle a déclaré que le PAM demeurait confiant que « la nourriture arrive bien aux victimes de la famine à Mogadiscio et sauve des vies tous les jours ».

Le PAM « condamne dans les termes les plus sévères toute action visant à prendre même la plus petite quantité de nourriture aux Somaliens en proie à la faim et vulnérables ».

Quelque 1,5 million de personnes dans le nord et le centre de la Somalie sont actuellement bénéficiaires de l’aide alimentaire du PAM, qui souhaite étendre ses livraisons de vivres aux régions du sud du pays encore inaccessibles.

Douze millions de personnes manquent de nourriture dans la Corne de l’Afrique suite à la sécheresse et aux conflits armés. La sécheresse touche particulièrement Djibouti, l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie et l’Ouganda et depuis des semaines, les organisations humanitaires multiplient les appels à une mobilisation pour ces pays.

Le PAM a érigé la situation dans la Corne au rang de priorité absolue nécessitant le plus haut niveau d'action. Le PAM prévoit de nourrir 11,5 millions de personnes affectées par la sécheresse dans la Corne de l'Afrique dont 3,7 millions en Somalie, 3,5 millions en Éthiopie, 2,7 millions au Kenya ainsi que 226 000 réfugiés en Éthiopie et 496 000 au Kenya.

Le Programme prévoit de mobiliser des produits alimentaires complémentaires pour les enfants pour répondre à la crise. Cela constituerait la plus grande opération jamais entreprise afin de livrer de tels produits, lesquels sont extrêmement efficaces pour traiter la malnutrition au cours des 1000 premiers jours d'une vie.

(Extrait sonore : Christiane Berthiaume, porte-parole du Programme alimentaire mondial; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...