Journée mondiale de l'aide humanitaire : le témoignage de Gianluca Ferrera du PAM

A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'aide humanitaire, ce 19 août, gros plan sur les activités du Programme alimentaire mondial au Niger. Cette agence humanitaire de l'ONU renforce son assistance alimentaire au Niger, l'un des pays les plus pauvres au monde, où de plus en plus de personnes souffrent de la faim. Le PAM lutte contre la malnutrition dans ce pays en fournissant des compléments alimentaires enrichis en micronutriments qui sauvent des enfants et des personnes vulnérables.

Les activités de développement rural du PAM contribuent à améliorer les conditions de vie des populations vulnérables, à travers l’amélioration de leur niveau de sécurité alimentaire. Elles donnent aux familles pauvres la possibilité d’acquérir des actifs et de les conserver ainsi que d’investir dans le capital humain grâce à la formation. Ces activités permettent également d’atténuer les effets des catastrophes naturelles dans les zones exposées à des crises répétées.

Les projets Vivres Contre Travail du PAM au Niger permettent aux travailleurs de se construire des avoirs et de recevoir des vivres en échange du travail effectué. C’est ainsi que des mesures de préservation des sols et de l’eau sont mises en place. Au Niger où la sécheresse cause régulièrement des pénuries alimentaires, une bonne maîtrise du territoire et des eaux d’irrigation peut améliorer les rendements agricoles. La pauvreté force souvent les paysans à surexploiter les sols et les terres de pâturage. Ils cultivent des terres stériles et accélèrent ainsi la désertification.

Les responsabilités des femmes au sein du ménage sont multiples: elles préparent la nourriture, s’occupent des enfants et réalisent une grande partie du travail champêtre. La plupart de ces femmes n’ont pas terminé l’école et n’ont reçu aucune formation. Les projets Vivres Pour Formation du PAM au Niger encouragent l’éducation et l’alphabétisation des personnes ciblées en visant particulièrement les femmes qui constituent 70 % des participants. L’expérience a montré que l’aide alimentaire donnée aux mains des femmes a plus de chance d’atteindre son objectif. La participation à chaque formation est rémunérée avec des vivres. Les cours qui sont mis en place par les partenaires concernent l’alphabétisation et la gestion des banques de céréales.

Le PAM fournit des vivres pour les banques de céréales. Il s’agit de dépôts de céréales au sein des villages qui permettent aux bénéficiaires d’acquérir des céréales à des prix modérés durant toute l’année. Les villageois peuvent emprunter des vivres pendant la période de soudure à un prix inférieur à celui du marché et les rembourser après la récolte. Les banques de céréales permettent aux paysans de bénéficier d’une disponibilité et d’une accessibilité aux denrées alimentaires surtout pendant la période de soudure quand les prix des céréales sont élevés. Cela permet également de renforcer la solidarité communautaire: l’expérience du PAM au Niger a prouvé que les bénéficiaires procèdent à des redistributions de leur quota au sein de leur communauté.

(Témoignage de Gianluca Ferrera, Directeur adjoint du PAM au Niger ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...