Fréquence santé : la communication au cœur de l'allaitement maternel

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)) ont rejoint l’Alliance pour l’allaitement maternel afin de célébrer la Semaine de l’allaitement maternel, qui se déroule du 1er au 7 août 2011, et encourager les mères du monde entier à allaiter leur nourrisson.

Cette année la campagne est placée sous le thème « Parle-moi : l'allaitement une expérience à trois dimensions ». Elle cherche à souligner l'importance de la communication pour promouvoir l'allaitement maternel exclusif car les campagnes de sensibilisation pour l'allaitement ont tendance à ne tenir compte que des dimensions du temps –visant à joindre les femmes avant la grossesse jusqu’au sevrage— ou du lieu –cherchant à s'insérer dans les domiciles, la communauté ou les centres de santé. A travers les nouvelles technologies, le bouche-à-oreille, ainsi qu'une présence accrue sur la télévision et la radio, l'Alliance et l'UNICEF pensent pouvoir inciter plus de femmes à adopter cette pratique.

L’allaitement maternel est l’un des moyens les plus efficaces pour préserver la santé et assurer la survie de l’enfant. Le fait que les enfants ne soient pas toujours allaités exclusivement au sein pendant les six mois suivant la naissance entraîne plus d’un million de décès par an.

« Aucune autre intervention est si peu coûteuse et efficace pour la réduction du nombre d’enfants qui meurent avant leur cinquième anniversaire », a déclaré lundi le Directeur exécutif de l’UNICEF, Anthony Lake dans un communiqué. « L’allaitement maternel est la meilleure alimentation existante, que le bébé soit en Ouganda, en Angleterre, en Chine ou au Canada », a-t-il ajouté.

Au niveau mondial, moins de 40% des nourrissons de moins de six mois sont allaités exclusivement au sein. L’OMS et l’UNICEF promeuvent activement l’allaitement maternel, considéré comme la meilleure alimentation pour les nourrissons et les jeunes enfants.

Afin de permettre aux mères de démarrer et de maintenir l’allaitement exclusif au sein pendant six mois, l’OMS et l’UNICEF recommandent : débuter l’allaitement dès la première heure qui suit la naissance; allaiter exclusivement au sein – c’est-à-dire que le nourrisson n’absorbe que du lait maternel et aucune autre nourriture ou boisson, pas même de l’eau; allaiter à la demande – c’est-à-dire aussi souvent que l’enfant le réclame, jour et nuit; pas de biberons, de tétines ou de sucettes.

Le lait maternel est le premier aliment naturel pour les nourrissons : il fournit toutes les calories et les nutriments dont l’enfant a besoin pendant les premiers mois de la vie et continue de couvrir la moitié ou plus des besoins nutritionnels pendant le second semestre de vie, et jusqu’à un tiers de ces besoins pendant la deuxième année.

Il favorise le développement sensoriel et cognitif et protège le nourrisson contre les maladies infectieuses et chroniques. L’allaitement exclusif au sein diminue la mortalité infantile imputable aux maladies courantes de l’enfance, comme les diarrhées ou les pneumonies, et il accélère la guérison en cas de maladie.

L’OMS estime que la décennie à venir constitue une opportunité sans précédent pour améliorer l’allaitement maternel. En 2010, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a lancé la Stratégie globale pour la santé infantile et des femmes dont l’objectif est de sauver la vie de 16 millions de femmes et d’enfants de moins de cinq ans dans les 49 pays les plus pauvres d’ici 2015. La Stratégie a été largement financée par les gouvernements qui ont promis d’octroyer 40 milliards de dollars pour sa mise en œuvre.

(Extrait sonore : Hélène Schwartz, responsable de la malnutrition aigüe aupres de l’UNICEF au Sénégal; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...