Des centaines de nouveaux migrants de la Libye et la Tunisie arrivent en Italie

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi que des centaines de migrants continuaient d’affluer de Tunisie et de Libye sur l’île italienne de Lampedusa.

« Près de 2.000 personnes sont arrivées sur l’île italienne de Lampedusa ce week-end depuis la Libye et la Tunisie. La majorité d’entre elles, soit 1.800 personnes, ont embarqué à Janzour, à 12 kilomètres à l’ouest de Tripoli en Libye, où elles avaient attendu plus d’une semaine l’amélioration des conditions de navigation pour partir. Sur ce nombre, se trouvaient environ 200 femmes et 30 enfants », a indiqué un porte-parole du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Après des entretiens menés avec certains de ces nouveaux arrivants, il apparaît que les personnes continuent de partir pour différents motifs. Un groupe de Soudanais a expliqué aux employés du HCR qu’ils avaient été arrêtés à Tripoli et forcés de monter à bord d’un bateau. D’autres ont indiqué avoir perdu leur emploi en Libye et espérer trouver du travail en Europe », a-t-il ajouté.

Sur les 52.000 personnes qui sont arrivées en Italie cette année dans le cadre de l’afflux depuis l’Afrique du Nord, 27.000 d’entre elles sont parties depuis la Libye et le reste depuis la Tunisie. Toutes les personnes arrivées depuis la Tunisie sont des Tunisiens. De Libye, le HCR a dénombré à ce jour 134 arrivants libyens, ainsi que de nombreux Nigériens, Ghanéens et Maliens. Un grand nombre de migrants parmi les 2.000 Erythréens et Somaliens arrivés en Italie avaient été précédemment enregistrés par le HCR en Libye.

Le HCR appuie les initiatives menées par le gouvernement italien pour le rapatriement volontaire assisté des personnes considérées comme n’ayant pas besoin d’une protection internationale. A ce jour, plus de 1.500 personnes ont perdu la vie lors de la tentative de traversée vers l’Italie.

Le HCR est particulièrement « préoccupé par la tendance observée actuellement concernant des réfugiés attendant des entretiens pour la réinstallation en Tunisie et qui entreprennent la traversée vers l’Europe après être retournés en Libye ».

« Une campagne d’information massive dans les camps est conduite pour insister sur les risques encourus lors d’un tel voyage », a conclu M. Edwards.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...