Afrique centrale: le Conseil de sécurité entend Abou Moussa

Mr Abou Moussa (sur écran), Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (UNOCA) informe les membres du Conseil de sécurité

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique centrale, Abou Moussa a pris la parole devant le Conseil de sécurité, via téléconférence, depuis Libreville, au Gabon, où est basé le Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (UNOCA). Il a présenté un rapport sur plusieurs sujets, parmi lesquels les conséquences transfrontalières de la crise libyenne dans quelques pays de l'Afrique centrale, notamment en matière de sécurité.

Abou Moussa a déclaré, entre autres, que la détérioration de la situation en Libye présente de nouveaux défis pour les pays voisins dans la sous-région de l'Afrique centrale. Près de 80 000 des 500 000 Tchadiens qui, selon les estimations, vivaient en Libye avant le conflit actuel, sont retournés au pays à la fin juillet. Leur retour présente plusieurs défis pour le Tchad.

La vulnérabilité des rapatriés au trafic illicite et à la circulation des armes légères par des groupes armés, dont l'Armée de résistance du Seigneur, est un souci croissant pour les gouvernements du Tchad et de la République centrafricaine, a-t-il ajouté.

Certains rapatriés, notamment ceux qui ont participé à des opérations militaires ou de sécurité en Libye, pourraient, selon lui, être recrutés comme mercenaires ou comme combattants pour des groupes armés dans la région de l'Afrique centrale.

(Extrait sonore : Abou Moussa, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique centrale)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...