Pierre Maudet: l'intégration des jeunes gage du développement durable

Pierre Maudet, Maire de Genève

Après quatre jours de débats, la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la jeunesse doit achever ce jeudi ses travaux à New York. Organisée pour marquer la fin de l'Année internationale qui vient de leur être consacrée, elle a permis à nombre de responsables de s'exprimer à la tribune de l'Assemblée.

Lors son intervention mardi devant l'Assemblée générale, le chef de la délégation suisse, Pierre Maudet a souligné que la participation des jeunes aux décisions les concernant constitue la garantie de leur intégration sociale ainsi que d'un avenir et d'un développement durable pour la société. Pour le jeune maire de Genève, l'intégration durable des jeunes et leur participation passent aussi, par l'accès à une formation de qualité et la lutte contre le chômage et les emplois précaires.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC), a-t-il poursuivi, représentent un nouvel et fantastique outil de participation et d'intégration des jeunes à la société. La collaboration des différents acteurs et la participation des jeunes et des organisations de jeunes sont essentielles pour mettre tout spécialement en œuvre le Programme d'action mondiale pour la jeunesse. En période de crise, a prévenu le représentant, il faut se garder de reléguer les politiques de la jeunesse au second plan. Il faut au contraire leur allouer des ressources suffisantes et procéder à des évaluations régulières des progrès accomplis.

Dans une ambiance assombrie par la fusillade du 22 juillet dans l'île norvégienne d'Utøya où plus de 70 jeunes ont trouvé la mort, l'Assemblée générale a adopté le 26 juillet, par consensus, le Document final* de la Réunion de haut niveau qu'elle tient depuis hier sur le thème « Jeunesse: dialogue et compréhension mutuelle », pour marquer la fin de l'Année internationale de la jeunesse proclamée le 12 août 2010.

Les chefs d'État et de gouvernement, ministres et représentants des États envisagent de mettre au point une stratégie mondiale pour l'emploi des jeunes, dans un Document final long de 28 articles qui parle aussi de l'éducation, de l'accès aux technologies de l'information et de la communication (TIC), de la santé, des jeunes vivant sous occupation étrangère et de l'efficacité dans la mise en œuvre des programmes des Nations Unies sur la jeunesse.

Les chefs d'État et de gouvernement, ministres et représentants des États, dont plus d'une centaine est montée à la tribune de l'Assemblée générale, réaffirment, dans le Document final, leur détermination à s'attaquer aux problèmes qui font obstacle à l'épanouissement des jeunes, notamment en luttant contre la pauvreté et pour une société assurant un emploi productif et un travail décent à tous.

Ils s'engagent, par conséquent, à remédier aux taux élevés de chômage et de sous-emploi, ainsi qu'au nombre croissant d'emplois vulnérables et d'emplois informels qui touchent particulièrement les jeunes et à exhorter les États à envisager de mettre au point une stratégie mondiale pour l'emploi des jeunes.

Ils s'engagent aussi à faire des efforts supplémentaires pour améliorer la qualité de l'éducation et promouvoir l'accès universel à l'éducation, en multipliant éventuellement les bourses et autres programmes de mobilité.

Dans le Document final, les dirigeants du monde s'engagent également à promouvoir un accès aux technologies de l'information et à supprimer les obstacles à la réduction de la fracture numérique. Ils s'engagent aussi à faire en sorte que les jeunes bénéficient d'une santé physique et mentale optimale en leur donnant accès sans discrimination à des systèmes de santé et à des services sociaux.

Le Document parle par ailleurs de mesures concertées pour lever les obstacles à la pleine réalisation des droits des jeunes vivant sous occupation étrangère. Il invite les donateurs, y compris les États Membres et les organisations intergouvernementales et non gouvernementales à contribuer activement au Fonds des Nations Unies pour les jeunes. Il réaffirme le Programme d'action mondial pour la jeunesse et ses 15 domaines prioritaires interconnectés.

Les chefs d'États et de gouvernements et les représentants demandent d'ailleurs au Secrétaire général de soumettre un rapport sur les réalisations et les défaillances des programmes des Nations Unies en cours concernant la jeunesse et ce faisant, de proposer des recommandations concrètes sur la meilleure façon de résoudre les problèmes qui entravent l'épanouissement et la participation des jeunes. Le Secrétaire général est aussi prié de proposer un ensemble d'indicateurs possibles liés au Programme d'action mondial pour la jeunesse.

(Interview : Pierre Maudet, Maire de Genève, Président de la Commission nationale de l'enfance et de la jeunesse, Chef de la délégation suisse à la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur la jeunesse; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...