Olivier De Schutter: le droit à l'alimentation doit devenir une réalité en Afrique du Sud

Olivier De Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation

A l'issue d'une visite officielle d'une semaine, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, estime que l'Afrique du Sud est devenue un modèle en intégrant le droit à l’alimentation dans sa Constitution et en instituant la Commission sud-africaine des droits de l’homme. Mais il est maintenant temps de traduire ces droits dans la réalité et de construire une économie alimentaire qui profite à la majorité de la population.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation s'exprimait à Prétoria, au terme d’une mission qu’il a menée en Afrique du Sud du 7 au 15 juillet à l’invitation du gouvernement. Devant les journalistes, Olivier De Schutter a prôné la création d'un système alimentaire inclusif en l’Afrique du Sud. un système qui dépasse “dé-racialisation de l’économie alimentaire”.

Olivier De Schutter estime que les actions à mener doivent l'être dans plusieurs directions. Il a, tout d'abord, encouragé le Gouvernement à adopter une nouvelle mesure historique en adoptant une loi-cadre pour la réalisation du droit à l’alimentation.

Le Rapporteur spécial a également fait valoir la nécessité d'accompagner les bénéficiaires de la réforme agraire en les soutenant en termes d'accès au crédit et de formation. Selon lui, «si l’Afrique du Sud veut atteindre son objectif de créer 500 000 emplois dans le secteur agro-alimentaire, il n’y a pas d’autre alternative que de permettre à une large proportion du 1,5 million de ménages qui pratiquent l'agriculture de subsistance de passer à un statut de petits exploitants agricoles.

Le Rapporteur spécial a appelé à un engagement volontariste de l’Etat dans la conception des marchés alimentaires en faveur des pauvres. Pour lui, l'Afrique du Sud a besoin de créer des systèmes alimentaires qui travaillent pour les pauvres et pas seulement de vendre aux pauvres. L’héritage de l’apartheid n’est pas seulement un système agricole fortement dualiste, mais aussi l’exclusion des populations noires pauvres des chaînes de valeur.

Enfin, Olivier De Schutter a insisté sur la nécessité d'améliorer la situation des quelques 900,000 ouvriers agricoles, dont le revenu moyen représente seulement un tiers de la moyenne nationale, tandis que la situation de millions de fermiers et locataires reste précaire.

(Interview : Olivier De Schutter, Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation ; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...