JOURNÉE DE L'ESCLAVAGE : LE DEVOIR DE MÉMOIRE

Cette semaine, Escale contribue au devoir de mémoire. Le magazine revient sur la Journée internationale du souvenir des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique. Une Journée commémorée au Siège de l’ONU cette année, sur le thème de “l’héritage vivant de 30 millions d’histoires inédites”. A cette occasion, divers événements culturels ont été organisés dont l'un pour promouvoir 400 ans d’une histoire trop peu ou trop mal racontée. Il s'agit d'une conférence d’enseignants et de spécialistes sous le signe du souvenir, du savoir, de la reconnaissance et de la transmission.

La conférence a permis de rappeler l'importance de savoir, mais aussi de connaître ses origines pour mieux comprendre qui l'on est, et partant, mieux accepter l’autre. De nombreuses questions ont été posées sur la nécessité ou la pertinence de ressasser l’une des pires atrocités de l’humanité; celle d’un commerce d'êtres humains qui a duré plus de quatre siècles et qui a durablement marqué l'Afrique.

Au final, la conférence a permis de rompre le silence. Elle a contribué à enfoncer le clou. Un hommage d’autant plus pertinent qu’il n'y a jamais eu autant d’esclaves dans le monde. Selon les estimations de l’ONU, 27 millions d’hommes, de femmes, de filles et de garçons, sont victimes du trafic d'êtres humains et vivent comme des esclaves alors que l’esclavage est interdit partout dans le monde.

Interviews :

• Ulrike Storost, fonctionnaire à la section de l’éducation pour la paix et les droits de l’homme, UNESCO

• Monica Lima e Souza, formatrice de formateurs à l’Université Fed de Rio de Janeiro au Brésil

• Narcisse Kouokam, comédien et humoriste camerounais

_ Interviews et production : Cristina Silveiro

_ Production et présentation : Jérôme Longué

_ Mixage et réalisation : Florence Westergard

_ Ingénieur du son : Carlos Macias

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...