Enfants effectuant des travaux dangereux : il faut les protéger, selon Sophie De Coninck

Les enfants effectuant des travaux dangereux constituent la majorité silencieuse des enfants astreints au travail

Toutes les minutes, quelque part dans le monde, un enfant qui travaille est victime soit d'un accident, soit d'une maladie ou encore d'un traumatisme psychologique lié à son activité professionnelle. Les enfants effectuant des travaux dangereux constituent la majorité silencieuse des enfants astreints au travail. Aujourd'hui encore, très peu de politiques ou programmes sont axés sur les besoins spécifiques des enfants qui effectuent des travaux dangereux.

 Un rapport du Bureau international du travail (BIT) signale que des vies d'enfants sont aujourd'hui encore perdues ou écourtées par leur exposition à des travaux dangereux. Bien des gens ne réalisent tout simplement pas à quel point les enfants sont vulnérables aux produits chimiques toxiques, aux températures extrêmes, aux tâches débilitantes répétitives, à l'isolement ou au dénigrement, aux menaces et à la violence. Le rapport présente un échantillonnage d'activités concrètes susceptibles de contribuer à remédier à une plus grande échelle au travail dangereux des enfants. Toutes et chacune de ces activités comportant une approche qui a été utilisée avec succès dans divers pays, on peut les envisager comme des modèles potentiels.

(Extrait sonore : Sophie De Coninck, Spécialiste technique du Travail des Enfants et des conflits armés du BIT ; propos recueillis par nos confrères du BIT)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...