Éducation : le Conseil économique et social adopte une déclaration ministérielle

Essossimna Legzim-Balouki, Ministre des enseignements primaire et secondaire et de l'alphabétisation du Togo

Le Conseil économique et social a conclu vendredi matin, à Genève, son débat de haut niveau en adoptant une déclaration ministérielle sur la mise en œuvre des objectifs arrêtés et des engagements pris sur le plan international en matière d’éducation. Il a en outre tenu une table ronde sur l’évolution des besoins en matière d’éducation dans l’avenir et a entendu les témoignages de l’Allemagne et du Pérou s’agissant des difficultés à réaliser l’éducation pour tous.

Dans leur déclaration ministérielle, les ministres et chefs de délégation ayant participé au débat de haut niveau réaffirment leur détermination à atteindre les objectifs de développement convenus au plan international, notamment ceux liés à l’éducation. Ils lancent un appel pour que l’éducation soit un objectif prioritaire lors de la conception et de la mise en œuvre des stratégies nationales de développement. Ils réaffirment la nécessité de redoubler d’efforts pour réduire le nombre intolérablement élevé d’analphabètes, en accordant une attention particulière aux femmes. Se disant particulièrement préoccupés par le manque de progrès concernant l’amélioration de la qualité de l’éducation, ils appuient les programmes visant à promouvoir l’accès universel à l’enseignement secondaire et à améliorer l’accès à un enseignement supérieur de qualité en tentant compte des besoins du marché de l’emploi.

Les ministres et chefs de délégations réaffirment leur volonté de promouvoir l’adoption de mesures visant tout particulièrement à aider les familles les plus pauvres et vulnérables à surmonter les nombreux obstacles à l’inscription et à la fréquentation scolaires: suppression des frais de scolarité, transferts conditionnels en espèces ou en nourriture, distribution de repas scolaires, fourniture de matériels scolaires et équipement des écoles en sanitaires. Ils se disent par ailleurs préoccupés par la persistance de forts taux de chômage chez les jeunes du monde entier et se disent conscients de la nécessité de créer des programmes d’éducation et de formation qui améliorent leur aptitude à l’emploi. S’agissant des situations de conflit armé, ils considèrent que la protection des écoles et la prestation de services d’éducation dans les situations d’urgence humanitaire doivent demeurer des priorités pour la communauté internationale. Ils rappellent enfin l’engagement qui a été pris de consacrer au moins 0,5% du produit national brut à l’aide publique au développement à l’horizon 2010.

En marge du débat de haut niveau plusieurs événements ont été organisés notamment un sur l'Afrique et les pays les moins avancés. Au cours de cet atelier tenu à la veille de la conclusion des discussions de haut niveau, les participant ont pu entendre l'intervention d'Essossimna Legzim-Balouki, Ministre des enseignements primaire et secondaire et de l’alphabétisation du Togo. Cette dernière a souligné les disparités qui existent entre Etats mais aussi à l’intérieur des frontières nationales, notamment dans son pays, le Togo.

(Extrait sonore : Essossimna Legzim-Balouki, Ministre des enseignements primaire et secondaire et de l’alphabétisation du Togo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...