Corne de l’Afrique : l’ONU a besoin de fonds pour faire face à la crise alimentaire

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a convoqué mardi une réunion d’urgence avec les chefs des agences des Nations Unies pour discuter de la grave crise alimentaire qui frappe la Corne de l’Afrique. Il a exhorté les gouvernements à contribuer à l’appel humanitaire d’urgence de 1,6 milliard de dollars pour venir en aide aux millions de personnes affectées.

« Plus de 11 millions de personnes ont besoin immédiatement d’une assistance pour rester en vie, alors qu’elles sont confrontées à la pire sécheresse depuis des décennies », a déclaré Ban Ki-moon.

Lors de cette réunion, le Secrétaire général et les chefs du Programme alimentaire mondial (PAM), du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ont convenu qu’ils devaient faire tout leur possible pour empêcher que cette catastrophe ne s’aggrave. A ce jour, l’ONU et ses partenaires n’ont reçu que la moitié des 1,6 milliard de dollars nécessaires pour financer les opérations de secours dans la région.

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. J’appelle les Etats membres à soutenir complètement notre appel, et sans délai », a dit Ban Ki-moon. « J’ai décidé d’entrer en contact personnellement avec les Etats membres pour leur demander de fournir les ressources dont nous avons besoin. »

La Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, a souligné mardi dans un communiqué que l’agence avait « décidé de renforcer, de toute urgence, la livraison de compléments nutritionnels hautement enrichis ». « Alors que la sécheresse empire, chaque jour compte. Le PAM lance un appel de fonds urgent pour combler un déficit de 40%, soit de 189,35 millions de dollars, dans son budget de 477 millions de dollars pour ses opérations dans la Corne de l’Afrique. Ces opérations incluent, entre autres, la fourniture de nourriture destinée aux réfugiés actuellement au Kenya et en Éthiopie et dont le nombre s’accroît », a-t-elle ajouté.

Dans son message, Josette Sheeran note que « les sécheresses dans la Corne de l’Afrique sont de plus en plus fréquentes ». « Les communautés, qui pendant plusieurs années récupéraient l’eau des pluies régulières pour parer aux sécheresses occasionnelles, doivent désormais apprendre à vivre dans un état de quasi-constante insécurité alimentaire, en raison du manque d’eau », a-t-elle expliqué. Pour la chef du PAM, il est nécessaire de fournir une aide alimentaire non seulement pour subvenir aux besoins urgents mais aussi pour « renforcer la résilience et protéger les communautés locales face à l’impact des sécheresses récurrentes ».

De son côté, le Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a achevé lundi une mission de cinq jours en Ethiopie et au Kenya. Durant sa visite, António Guterres a appelé « à une réponse rapide et robuste de la communauté internationale à cette crise, ainsi qu’à un soutien aux populations de tous les pays affectés par la sécheresse ». Depuis début juillet, environ 11.000 personnes sont arrivées en Ethiopie et plus de 8.600 au Kenya en provenance de Somalie. Chaque jour, le HCR dénombre respectivement 1.700 et 1.300 nouveaux arrivants en moyenne en Ethiopie et au Kenya.

(Extrait sonore : Stéphanie Savariaud, porte-parole du PAM à Nairobi, au Kenya)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...