Appel de fonds 2011 : L’ONU réclame 7,9 milliards de dollars pour l’aide humanitaire

Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d'urgence

L’ONU a demandé mercredi 20 juillet 7,9 milliards de dollars, contre 7,4 milliards précédemment, pour l’aide humanitaire en 2011 destinée à aider des millions de personnes dans une trentaine de pays, dont ceux de la Corne de l’Afrique où sévit une très grave sécheresse.

Chaque année à cette période, l’ONU revoit ses besoins en fonction de l’évolution des crises humanitaires dans le monde. Le rapport de l’ONU présenté ce mercredi à Genève par la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence de l'ONU, Valérie Amos, passe en revue à mi-parcours l’appel aux dons pour l’aide humanitaire de l’ONU en 2011. Il relève que « le développement le plus inquiétant est la sécheresse dans la Corne de l’Afrique ». Les 500 millions de dollars supplémentaires incluent les 120 millions de dollars réclamés par la FAO pour affronter la crise dans cette région de l’Afrique, alors que l’état de famine a été proclamé dans deux régions de la Somalie.

“La développement le plus inquiétant est la sécheresse dans la Corne de l’Afrique”, explique l’ONU dans le document publié à l’occasion de la réévaluation de l’appel de fonds. Alors que la sécheresse est la pire enregistrée en 60 ans, la population vulnérable ne cesse de s’accroître. « Près de 11,5 millions de personnes à Djibouti, en Ethiopie, au Kenya, en Somalie et en Ouganda sont sévèrement affectées, sans amélioration possible avant 2012 », indique l’ONU. Ainsi, la crise humanitaire provoquée par la sécheresse et les combats en Somalie font affluer quotidiennement 1.400 personnes dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, qui accueille aujourd’hui plus de 380.000 personnes alors qu’il a été construit pour en héberger 90.000.

Parmi les premiers pays bénéficiaires des fonds de l’ONU figurent aussi le Soudan et la toute nouvelle République du Soudan du Sud, en proie à des violences persistantes ainsi qu’à l’apparition de nouveaux combats notamment dans la région du Kordofan-Sud.

L’ONU a par ailleurs dû revoir à la hausse ses besoins en raison de la crise en Libye, pour laquelle elle a lancé un appel de fonds d’urgence en mars. Le changement politique en Côte d’Ivoire, après des mois de crise et de combats, a également permis aux agences humanitaires onusiennes d’y être plus actives, obligeant l’ONU à revoir fortement à la hausse (292 millions de dollars demandés au lieu de 33 millions) les fonds nécessaires pour financer ses activités dans le pays ainsi que dans quatre autres de la région.

Les appels de l'Afrique de l'Ouest, du Zimbabwe, de Djibouti et du Niger restent sous financés. Pour l’instant, l’ONU est parvenu à financer à 45% les quelque 7,9 milliards de dollars réclamés pour l’année, une tendance légèrement inférieure à celle des années précédentes.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...