Aide pour le commerce : l'OMC évalue les cinq premières années

Pascal Lamy, Directeur général de l'OMC

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) accueille durant deux jours, à Genève, le troisième examen global de l’Aide pour le commerce. Une manifestation de haut niveau qui rassemble des ministres, des dirigeants d’organisations internationales, des représentants de la société civile et du secteur privé. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, devrait y participer ce mardi.

 La tenue de l'examen global est l’occasion pour tous les acteurs de faire le point sur les progrès réalisés depuis le lancement de l’initiative Aide pour le commerce en 2005. Selon le Directeur général de l'OMC, des progrès sont d’ores et déjà visibles dans trois domaines : davantage de ressources financières, une meilleure intégration développement/commerce, et l’impact sur le terrain.

 Selon Pascal Lamy, les ressources d’aide publique au développement mobilisées pour le renforcement des capacités commerciales des pays en développement ont augmenté de 60% en termes réels, mais pas au détriment d’autres formes d’aide au développement. On a effet constaté davantage de coopération non seulement Nord /Sud mais aussi Sud/Sud. De plus, dans l’enveloppe globale consacrée aux pays en développement, c’est la part allouée à l’Afrique qui a le plus augmenté.

Des progrès sont aussi notés dans la coopération entre les autorités nationales en charge du développement et celles en charge du commerce. Le Cadre intégré qui est la structure consacrée aux pays les moins avancés (PMA) a contribué à consolider cette cohérence indispensable.

Enfin, des résultats concrets, comme en témoignent plus de 250 contributions qui relatent des expériences de terrain. Leur lecture montre l’impact positif de l’Aide pour le commerce sur les performances commerciales des pays bénéficiaires.

Pour autant, il reste beaucoup à faire, si l'on veut que les efforts de financements réalisés soient poursuivis dans un contexte budgétaire qui s’est considérablement détérioré depuis la crise. Et pour cela, il importe d'améliorer les mesures des résultats. Pour Pascal Lamy, évaluer les moyens mis en œuvre a son utilité mais c’est à l’aune des résultats que les succès et les échecs se mesurent vraiment. Il convient aussi d'œuvrer pour impliquer davantage le secteur privé dans l’aide pour le commerce.

(Extrait sonore : Pascal Lamy, Directeur général de l'Organisation mondiale du commerce; propos recueillis par le service d'information de l'OMC)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...