Travailleurs domestiques : les protéger à travers le monde

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes contemporaines d’esclavage, Gulnara Shahinian, a salué lundi 20 juin, l’adoption par l’Organisation internationale du travail (OIT) de la Convention sur le travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestiques. C'est une étape décisive dans la protection des droits de millions de travailleurs dans le monde, a-t-elle souligné.

Pour la Rapporteuse spéciale des Nations Unies, le travail domestique rémunéré, lorsque le droit des travailleurs est respecté et protégé, constitue une contribution précieuse à la société.

« Cette Convention reconnaît les droits des travailleurs domestiques et contribue de manière significative au combat contre la servitude domestique », a-t-elle indiqué.

La servitude domestique ou l’esclavage est une situation de vulnérabilité lorsqu’une personne est forcée physiquement ou moralement de travailler sans contre partie financière et privée de liberté et dont la dignité est bafouée. Les enfants sont particulièrement vulnérables à la servitude domestique, spécialement les filles.

« Comme de nombreuses autres formes d’esclavage, la servitude domestique apparaît dans l’ombre de plusieurs secteurs de l’économie informelle. C’est la première fois que la protection des droits est en train de s’étendre pour travailler sur le secteur informel », a précisé l’experte de l'ONU. Elle a ajouté que la ratification rapide de la Convention va permettre de restaurer la dignité de nombre d’hommes, de femmes et d’enfants.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...