TPIR : Nyiramasuhuko, première femme condamnée à perpétuité pour génocide

 

Pauline Nyiramasuhuko

Pauline Nyiramasuhuko, ancienne ministre rwandaise de la Famille, a été condamnée vendredi 24 juin à Arusha, à la prison à perpétuité par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour génocide. Elle est la première femme reconnue coupable de tels faits par une juridiction internationale.

Pauline Nyiramasuhuko a comparu, depuis juin 2001, avec son fils Arsène Shalom Ntahobali, deux anciens préfets de Butare ainsi que deux anciens maires. Poursuivis pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité, les six accusés font partie, selon le procureur, des principaux responsables des massacres de Tutsi à Butare, au sud du Rwanda, en 1994.

Née dans une modeste famille du sud du Rwanda, Pauline Nyiramasuhuko est entrée, après ses études primaires, à l’Ecole sociale de Karubanda dans sa région. En 1986 elle reprend des études sanctionnées par une licence en droit en 1990. En avril 1992, elle est nommée ministre de la famille et de la promotion féminine dans le premier gouvernement multipartite. Elle sera reconduite à ses fonctions en 1993, puis en 1994, pendant le génocide.

Après la victoire militaire du Front patriotique rwandais (FPR), elle s’est réfugiée à Bukavu dans l’Est de la République démocratique du Congo. C’est alors que les organisations internationales des droits de l’homme commencent à la mettre en cause. Elle sera arrêtée au Kenya en juillet 1997 et transférée, pour jugement, au TPIR, à Arusha en Tanzanie.

(Extrait sonore : Roland Amoussougga, porte-parole du TPIR ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...