Soudan : l'insécurité entrave l'acheminement de l'aide

Displaced people from Southern Kordofan

Displaced people from Southern Kordofan

L'insécurité et les restrictions de mouvement font entrave aux efforts humanitaires, dans la région du Sud Kordofan, au Soudan, a déclaré aujourd'hui la porte-parole de la Coordination humanitaire des Nations Unies (OCHA), Elisabeth Byrs, dans une interview à la Radio des Nations Unies.

Depuis plusieurs semaines, le Sud-Kordofan est le théâtre d’affrontements entre les forces du Nord et du Sud-Soudan alors que le Sud-Soudan s’apprête à accéder à l’indépendance le 9 juillet. Des discussions entre les humanitaires et le gouverneur du Sud Kordofan ont eu lieu pour tenter de donner accès libre aux humanitaires afin qu'ils puissent déterminer les besoins sur le terrain, notamment à Kadugli.

Depuis que les violences ont commencé le 5 juin dernier, il y aurait environ 73.000 déplacés, selon Elisabeth Byrs. Plus de 7.000 personnes s'étaient réfugiées dans le Quartier général de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS). La plupart d'entre elles seraient rentrées sur Kadugli ou dans des villes environnantes.  D'autres avaient trouvé refuge dans les montagnes Nouba ou dans des grottes et des buissons.  Leur nombre et besoins exacts n'ont pas été déterminés.

L'on constate donc quelques améliorations mais la situation demeure fragile. Hier Valérie Amos, La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, a tiré la sonnette d’alarme sur la situation sécuritaire et humanitaire dans la région et les conséquences pour les civils, la qualifiant de répréhensible.

Mise en perspective de Cristina Silveiro; avec un extrait sonore d'Elisabeth Byrs, porte-parole de la Coordination humanitaire des Nations Unies (OCHA)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...