Somalie : mettre en places des institutions représentatives

Alors que le Gouvernement fédéral de transition (GFT) et le Parlement fédéral de transition somaliens ont récemment trouvé un terrain d’entente mettant fin à plusieurs mois d’impasse politique, le Conseil de sécurité a appelé vendredi 24 juin, les autorités somaliennes à mettre en place des institutions largement représentatives et ouvertes à tous.

Dans une déclaration de la Présidence du Conseil de sécurité publiée à l’issue d’une réunion sur la situation en Somalie, le Conseil de sécurité accueille « avec satisfaction » la signature de l’Accord de Kampala le 9 juin qui a mis fin à une impasse politique de plusieurs mois entre le gouvernement et le parlement somaliens qui pesait sur le processus de paix.

Il demande aux institutions fédérales de transition « de mettre en place des institutions largement représentatives à la faveur d’un processus politique à terme sans exclusive, en tenant compte de la nécessité de veiller à ce que les femmes participent à la vie publique ».

Dans sa déclaration, le Conseil engage « les signataires de l’Accord de Kampala à honorer leurs engagements ». Il note qu’Abdiweli Mohamed Ali a été nommé Premier Ministre du Gouvernement fédéral de transition et appelle à la constitution rapide d’un nouveau Cabinet.

Le Conseil rappelle cependant que « des mesures ciblées pourraient être imposées contre ceux qui se livrent ou apportent un appui à des actes qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie » et qui « violent l’embargo sur les armes ou qui font obstacle à l’apport de l’aide humanitaire destinée à la Somalie ou à l’accès à cette aide ».

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...