SIDA : l'unité des Premières dames contre la transmission de la mère à l'enfant

Les épouses de chefs d'État rassemblées mercredi à New York, en marge de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur le SIDA, ont débattu de la nécessité de renforcer  leurs actions en faveur de la prévention de la transmission du VIH-SIDA de la mère à l'enfant d'ici à 2015.

Trente Premières dames issues de pays africains, asiatiques, latino-américains et caribéens se sont réunies lors d’un évènement destiné à mobiliser les soutiens autour de la réalisation de la vision du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), qui cible zéro nouvelle infection au VIH chez les enfants à l’horizon 2015.

Cet évènement a été coprésidé par Ban Soon-taek, épouse du Secrétaire général des Nations Unies, Azeb Mesfin, Première dame de l’Éthiopie et Présidente de l’Organisation des Premières dames africaines contre le VIH/sida, et Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA.

Également présente à l’évènement, l'épouse du président sénégalais Abdoulaye Wade, estime que pour réussir le pari de la prévention de la transmission de la mère à l'enfant, il est impératif d'y impliquer les hommes. “En tant que chef de famille, ils ont le devoir de veiller à ce que leurs épouses puissent se soumettre à un test de dépistage avant et pendant la grossesse”, a-t-elle indiqué.

Antoinette Sassou Nguesso, la Première dame du Congo a également fait une série de propositions qui vont de l'amélioration de l'accès aux services de diagnostic précoce des enfants nés avec le VIH/Sida,  aux pratiques d'allaitement de moindres risques. Elle note également que le rôle central des hommes dans ce processus de lutte contre la transmission de la mère à l'enfant doit être réaffirmé.  

Pour sa part, la Première dame haïtienne considère que les résultats encourageants enregistrés ces dix dernières années, à savoir la chute du taux de prévalence du SIDA dans son  pays, passé de 7,5% à 2,2%, entre 2001 et 2011, doit être l'occasion d'impulser une nouvelle dynamique concernant la santé de la femme enceinte.

Quelques 1.000 bébés sont infectés par le VIH chaque jour et 90% d’entre eux vivent dans des pays d’Afrique subsaharienne. Le VIH est également la principale cause de mortalité maternelle dans les pays en développement.

(Extraits sonores et  mise en perspective de Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...