OMS : très courants, les maux de tête sont des troubles négligés

Les maux de tête sont les troubles de santé les plus courants à travers le monde. Mais ils restent négligés et sous-traités, selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée récemment. Cette étude appelle à investir davantage dans les soins de santé pour traiter efficacement le problème par le biais de meilleurs services et d’une plus grande sensibilisation.

Dans son « Atlas 2011 des céphalées et des ressources dans le monde », l’OMS montre que les céphalées, dont les migraines, ont affecté l’an dernier entre la moitié et les trois quarts des adultes âgés de 18 et 65 ans.

Seule une minorité des personnes atteintes de maux de tête à travers le monde sont diagnostiquées par des spécialistes, avec environ 40% de migraines et de céphalées liées à la tension et 10% de maux de tête liés à la surconsommation de médicaments, selon l’étude.

Dans le monde, environ 50% des personnes atteintes de maux de tête se soigneraient elles-mêmes sans contacter de professionnels de santé. Seulement environ 10% d’entre elles sont vues par des neurologues, avec des taux encore plus bas en Afrique et en Asie du Sud Est.

Parmi les médicaments antimigraineux, l’ergotamine est plus largement disponible que les triptans, même si ces derniers sont plus efficaces et moins toxiques, mais plus chers, selon l’étude de l’OMS.

L’étude souligne que le coût financier des maux de tête pour la société en termes de perte de productivité est énorme, bien plus que les dépenses pour soigner les maux de tête dans tous les pays. En Europe, 190 millions de journées de travail sont perdues chaque année pour cause de migraine.

« Les soins de santé pour les maux de tête doivent être améliorés, et l’éducation est nécessaire à plusieurs niveaux pour atteindre cet objectif. Plus important encore, les fournisseurs de soins de santé doivent mieux connaître la façon de diagnostiquer et traiter le nombre restreint de céphalées qui constituent un problème de santé publique » indique l’OMS.

Étant donné les coûts indirects très élevés des maux de tête, un plus grand investissement dans les soins de santé qui traitent ces maux de manière efficace, grâce à des services de santé bien organisés et soutenus par l’éducation, pourrait permettre de faire des économies, selon l’étude.

(Interview : Nelly Huynh, consultante scientifique sur “Atlas 2011 des céphalées et des ressources dans le monde” ; propos recueillis par Cristina Silveiro.)

Classé sous Fréquence santé, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...