Cote d’ivoire: sensibiliser les populations à l'appel à témoin lancé par la CPI

En Côte d'Ivoire, les victimes de violences commises depuis l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d'Ivoire ont 30 jours pour adresser leurs observations à la Cour pénale internationale (CPI). C'est ce qu'avait indiqué Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la CPI, qui a demandé ensuite à la Chambre préliminaire II l'autorisation d'ouvrir une enquête portant sur ces crimes.

Par un avis publié le 17 juin, le Procureur de la CPI « informe les victimes de violences postélectorales en Côte d'Ivoire qu'elles peuvent adresser leurs observations aux juges de la Chambre préliminaire et leur indiquer s'il conviendrait d'ouvrir une enquête portant sur ces crimes présumés. Les victimes ou leurs représentants légaux ont 30 jours à compter de la date du présent avis pour adresser leurs observations à la Chambre préliminaire », en lui écrivant à La Haye, au Pays-Bas, ou par courriel. Jusqu’a ce jour la Cote d’ivoire n’a pas encore ratifié le statut de Rome de la cour pénale internationale (CPI). Ce traité qui oblige les états à coopérer en livrant des suspects à la cour, en recueillant des éléments de preuve ou encore en saisissant des biens. Le CPI est le premier tribunal international permanent chargé de poursuivre les auteurs présumés de crimes de guerre, de crimes contre l`humanité et de génocide.

(Extrait sonore: Ali Ouattara, président de la Coalition ivoirienne pour la Cour pénale internationale; propos recueillis par Soro Adams d’ONUCI-FM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...