Côte d'Ivoire: sécuriser la population et dénoncer les crimes

Young-Jin Choi, Représentant spécial du Secrétaire général en Côte d’Ivoire,

En Côte d'Ivoire, les victimes de violences commises depuis l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d’Ivoire ont 30 jours pour adresser leurs observations à la Cour pénale internationale (CPI). C'est ce qu'a indiqué vendredi 17 juin Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la CPI, qui a demandé ensuite à la Chambre préliminaire II l’autorisation d’ouvrir une enquête portant sur ces crimes.

Par un avis publié le 17 juin, le Procureur de la CPI « informe les victimes de violences postélectorales en Côte d’Ivoire qu’elles peuvent adresser leurs observations aux juges de la Chambre préliminaire et leur indiquer s’il conviendrait d’ouvrir une enquête portant sur ces crimes présumés. Les victimes ou leurs représentants légaux ont 30 jours à compter de la date du présent avis pour adresser leurs observations à la Chambre préliminaire », en lui écrivant à La Haye, au Pays-Bas, ou par courriel.

Pendant ce temps sur le terrain, la priorité est de sécuriser la population. C'est dans ce cadre que Y.J Choi, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Cote d'ivoire, a rendu visite au Ministre ivoirien de l'intérieur afin de discuter des priorités dans ce secteur.

(Mise en perspective : Christian Gballou d'ONUCI FM)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...