Conférences sur les PMA : le rôle accru de la société civile

Huguette Bokpe Gnacadja, représentante de l'Observatoire des PMAs, section Benin pour l'Europe

En tant que porte-voix des plus défavorisés, la société civile a au cours des dix dernières années, joué un rôle prédominant dans l'organisation des Conférences sur les Pays moins avancés (PMA), a assuré la représentante de l'Observatoire des Pays les moins avancés, section Benin pour l'Europe .

Huguette Bokpe Gnacadja fait valoir que « la société civile peut dire en toute simplicité, les vrais besoins des populations depuis la base ».

Présente au Forum de la société civile organisé en marge de la quatrième Conférence de l'ONU sur les PMA organisée du 9 au 13 mai 2011 à Istanbul, en Turquie, l'avocate béninoise affiche un optimisme prudent quant au principal objectif du Plan d'action d'Istanbul, de réduire de moitié le nombre des pays définis aujourd’hui comme les moins avancés et dont les trois quarts sont Afrique. « Si leur nombre a doublé en 30 ans, j'ai bien peur qu'il ne puisse diminuer dans un délai aussi cours », a déclaré Me Gnacadja.

 Sur le volet des actions menées au plan national par le Benin pour s'extraire de la liste des Pays les moins avancés, elle estime que le chemin est encore long. Tout en reconnaissant les efforts des autorités pour s'attaquer aux maux qui ralentissent le développement du pays, elle plaide auprès d'elles afin que soient renforcés des secteurs tels que l'agriculture et le microcrédit, pour en faire des outils de « développement durable ».

Invité: Huguette Bokpe Gnacadja, représentante de l'Observatoire des Pays les moins avancés, section Benin pour l'Europe

Interview et présentation : Martial Assème

Production : Florence Westergard

Ingénieur du son : Carlos Macias

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...