Yémen : Le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme redoute une guerre civile

Des manifestants anti-gouvernementaux. (IRIN)

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme craint que les autorités yéménites n’entraînent le pays « au bord de la guerre civile » en réprimant dans le sang des manifestations pacifiques. Au cours d'un point de presse ce vendredi 27 mai à Genève, le porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a indiqué que l’escalade de la violence de ces derniers jours est extrêmement préoccupante, d’autant que le gouvernement et l’opposition étaient près d’un accord.

Selon Rupert Colville, « des informations reçues font état de dizaines de morts, dont des femmes et des enfants, dans des affrontements au cours de ces derniers jours. Dans ces conditions, le Haut Commissariat craint vraiment que le gouvernement ne plonge le pays dans la guerre civile.

Les Nations Unies appellent ainsi le gouvernement à mettre un terme à l’usage disproportionné de la force contre des manifestations pacifiques. Il a lui également demandé de ne plus arrêter de militants, défenseurs des droits de l’homme ou de journalistes, mais aussi d’”enquêter sur les allégations de crimes commis par les forces de sécurité”, a souligné Rupert Colville.

Le porte-parole du Bureau des droits humains de l'ONU a indiqué que le Haut Commissariat avait reçu le feu vert des autorités pour envoyer une mission sur place en juin. « Mais nous voulons avoir un accès plus rapidement », a conclu Rupert Colville, soulignant que les négociations se poursuivaient sur les modalités de cette mission.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...