Syrie/Libye: Navi Pillay qualifie de “choquante” la “brutalité” de la répression

La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a condamné la brutalité exercée par les Gouvernements libyen et syrien et la force meurtrière à laquelle il a été fait recours à Bahreïn et au Yémen. Navi Pillay a ainsi souligné que le monde vivait une période historique avec les soulèvements de populations, dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, revendiquant le respect de leurs droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux après des décennies de déni de ces droits.

La Chef des droits de l'homme de l'ONU a été entendu par le Conseil des droits de l’homme qui a entamé ce lundi matin les travaux de sa dix-septième session ordinaire, qui se tient au Palais des Nations à Genève jusqu’au 17 juin.

A l’ouverture de cette 17ème session du Conseil des droits de l’homme dominée par la vague de contestation au Moyen Orient, la Chef des droits de l'homme de l'ONU a d'abord mis en avant les « pas positifs » en Tunisie et les importantes réformes en Egypte. Autres points positifs relevés par Navi Pillay, la fin de l’état d’urgence en Algérie, le processus de réformes constitutionnelles amorcées au Maroc ainsi que l’établissement d’une commission de révision de la Constitution en Jordanie.

C'est pourquoi la Chef des droits de l'homme de l'ONU plaide pour la poursuite de réformes efficaces. Un processus dans lequel les jeunes et les femmes doivent jouer un rôle important.

Toutefois, de ce «printemps arabe» succède un été préoccupant. Navi Pillay a ainsi condamné la brutalité exercée par les Gouvernements libyen et syrien et la force meurtrière à laquelle il a été fait recours à Bahreïn et au Yémen. Elle a appelé le Gouvernement syrien à répondre à la demande d’envoi d’une mission d’établissement des faits. Elle s’est félicitée que le Yémen et Bahreïn aient accepté le principe de visites.

Par ailleurs, la Haut-Commissaire a constaté que les derniers événements en Afrique du Nord montraient l’extrême vulnérabilité des migrants. Navi Pillay, qui doit se rendre prochainement au Mexique où les migrants sont la cible de nombreuses attaques, est également préoccupée par les discours tenus, ces derniers mois, en Italie et en France en particulier, tendant à dépeindre les migrants comme un fardeau dont il conviendrait de se décharger sur d’autres.

La Haut-Commissaire s’est félicitée du fait que les criminels présumés n’échappaient pas à la justice, comme en témoignent les arrestations de Ratko Mladić et de Bernard Munyagishari. Après avoir évoqué la répression contre l’opposition en République islamique d’Iran en 2009, elle a fait part de sa vive préoccupation devant la situation dans les territoires palestiniens occupés.

Navi Pillay s’est aussi inquiétée des restrictions accrues à la liberté d’expression en Chine, au Viet Nam, au Myanmar, en République populaire démocratique de Corée, au Bélarus et en Ouganda.

(Extrait sonore : Navi Pillay, Haut-Commissaire aux droits de l’homme, avec une Mise en perspective d'Alpha Diallo)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...