Istanbul : coup d’envoi de la Conférence des PMA

Les travaux de la quatrième Conférence des Nations Unies sur les Pays les moins avancés ont débuté lundi 9 mai à Istanbul en Turquie. Pendant cinq jours, ces assises auxquelles participent des chefs d'État et de gouvernements, des parlementaires ainsi que la société civile et le secteur privé, devraient permettre d'évaluer la mise en œuvre du Plan d'action de Bruxelles et en adopter le successeur qui va couvrir la prochaine décennie.

Ban Ki-moon, le Secrétaire géneral de l'ONU à Istanbul

Ban Ki-moon, le Secrétaire géneral de l'ONU à Istanbul

La cérémonie de lancement de la Conférence d’Istanbul a eu lieu en présence notamment du président turque Abdullah Gull et de Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies. Cette rencontre internationale va rassembler durant une semaine dans la capitale turque, plus de 20 chefs d’État, des parlementaires, des représentants du secteur privé, ainsi que des hauts responsables d’organisations internationales. 48 Chefs d’État et de Gouvernement ont confirmé qu’ils prendraient part aux travaux de la Quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés. 24 Chefs de secrétariats et d’agences du système des Nations Unies seront également présents.

L’objectif des négociateurs des 48 États inscrits sur la liste de la catégorie des « pays les moins avancés » (PMA), dont 33 se trouvent en Afrique, 14 en Asie et un (Haïti) dans la région Amériques, est d’obtenir du reste de la communauté internationale de nouvelles mesures leur permettant de construire et de développer les infrastructures. Pour y arriver, les PMA devront réaliser des progrès en matière de réformes économiques, de gouvernance et de mobilisation de ressources au niveau national.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU; mise en perspective : Martial Asseme, envoyé spécial de la Radio des Nations Unies à Istanbul)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...