Côte d’Ivoire : la relance du plan sanitaire national plaidée auprès de l’OMS

La 64ème Assemblée mondiale de la santé a ouvert ce lundi ses travaux à Genève. Une soixantaine de ministres et quelque 1 800 délégués représentant les 193 Etats-Membres de l'OMS ont commencé à affluer au Palais des Nations de l'ONU, à Genève, où ils doivent participer jusqu'au 24 mai au grand rassemblement annuel de l'OMS.

Kouadio Remy, minitre de la santé en Côte d'ivoire

Rémi Kouadio, ministre de la santé en Côte d'ivoire

Parmi les participants, Rémi Kouadio, le Ministre de la santé de la Côte
d’Ivoire qui a rappelé que son pays vient de vivre une crise postélectorale
de cinq mois qui a débouché dans un premier temps sur un crise humanitaire, qui s’est ensuite transformée en une crise sanitaire. L’insécurité a forcé de nombreux membres du personnel de centres de santé à fuir. De fait, il n’y a plus eu de surveillance épidémiologique, plus d’activité de vaccination ou de service de santé en faveur des mères et des enfants. Ainsi l’offre de santé a été réduite drastiquement alors même que la demande explosait.

Le Ministre a insisté sur la question essentielle des blessés de guerre qui
devient une des priorités de la politique de santé publique. Car la Côte
d’Ivoire ne dispose que de quatre Centre hospitaliers universitaires (CHU) dont trois sont à Abidjan. Or, la plupart des lits de ces CHU sont occupés par des blessés de guerre. Par ailleurs, les épidémies de polio, de rougeole ou de fièvre jaune sont réapparues.

Aussi, la Côte d’Ivoire entend profiter de sa présence à l’Assemblée mondiale de la santé pour faire progresser le dossier d’un plan d’urgence pour le pays et la réactivation du Plan national de développement sanitaire pour les années 2011-2015.

(Interview : Rémi Kouadio,, Ministre de la santé de la Côte d’Ivoire; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...