Côte d’Ivoire : des charniers découverts à Abidjan

La fin de la guerre et le retour progressif à la paix s'accompagnent d'un cortège d'effrois en Côte d'Ivoire. Et dans cette liste d'horreurs, les enquêteurs de l'Onuci et du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme font état de la découverte, le vendredi 6 mai dernier, de plusieurs charniers dans la commune de Yopougon à Abidjan.

De nouveaux charniers ont été découverts en Côte d'ivoire (Photo : UNHCR)

Les Ivoiriens sont témoins des nombreuses découvertes macabres (Photo : UNHCR)

Soixante-dix corps auraient été découvert dans ce fief de Laurent Gbagbo et ces personnes ont été exécutés et enterrées le 12 avril par les milices pro Gbagbo, au lendemain de la chute de l’ancien président ivoirien. Autre particularité, l’ensemble des victimes sont des hommes. Dans le quartier Doucouré, dans la commune de Yopougon, les enquêteurs de l’ONUCI ont ainsi découvert dix fosses communes dans une parcelle où avait été enterrés plus de 70 corps. Deux des tombes contenaient 52 corps.

Selon Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, ces personnes ont été exécutées le 12 avril par les milices pro Gbagbo. Pour étayer ces accusations, le Haut Commissariat fait remarquer que le 12 avril, Yopougon était encore totalement contrôlé par les milices pro Gbagbo. D’autres enquêtes sont attendues, notamment pour faire la lumière sur l’existence d’autres charniers à Abidjan et dans l’ouest de la côte d’Ivoire. Les différents groupes armés des deux camps sont accusés d’exactions. Une équipe de l’Onuci serait d’ailleurs partie ce lundi 9 mai à Grand Lahou, à l’ouest d’Abidjan, pour tenter de vérifier des rumeurs de massacre commis par des mercenaires libériens.

(Mise en perspective d’Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...