Conférence sur les PMA 4 : stop a la rhétorique, place à l’action

Les nations riches doivent une fois pour toutes rénoncer a la rhétorique et passer à l'action afin de relancer les efforts visant à sortir les Pays les moins avancés (PMA) de la pauvreté, a indiqué la représentante pays de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) en Guinée, lors du Forum de la société civile sur les PMA.

Elizabeth Coté, représentante pays de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux en Guinée

Elizabeth Coté

Ce Forum qui s’est tenu à Istanbul en Turquie, en marge de la Conférence de l’ONU sur les PMA a eu lieu du 9 au 13 mai, autour du thème : Vers un monde sans PMA. Une thématique qui aux dires d’Elizabeth Coté a des airs de déjà entendu, ajoutant que la situation des plus pauvres ne fera qu’empirer tant que les pays du Nord n’accepteront pas « de s’appauvrir un petit peu ».

Face à la tendance à la baisse de l’aide au développement, la responsable de l’IFES plaide pour une révision de la forme de l’appui aux pays pauvres notamment en explorant la possibilité d’établir des nouveaux systèmes de taxations aux multinationales exploitant les ressources minières dans des pays aux riches potentiels tels que la Guinée et la République démocratique du Congo (RDC).Elizabeth Coté estime « qu’il est absurde de penser qu’un pays comme la Guinée qui n’a pas d’eau et d’électricité, où la paupérisation est écrasante » soit un site qui regorge matières énergétiques rares.

S’agissant de l’objectif de réduire de moitié le nombre des PMA au cours de la prochaine décennie, elle affiche un optimisme mesuré, notant qu’il est possible d’y parvenir à condition que les volontés politique et économique soient manifestes.

Le Forum de la société civile s’est terminé le 9 mai 2011 à Istanbul, avec l’adoption d’une Déclaration finale appelant les pays riches à s’engager davantage aux côtés des PMA pour les aider à se sortir de la pauvreté et dans la foulée realiser l’objectif de reduire de moitié le nombre des Pays les moins avancés,les faisant passer de 48 à 24.

(Extrait sonore : Elizabeth Coté, représentante pays de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux en Guinée; propos recueillis par Martial Asseme)

Classé sous Le journal direct, Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...