Assemblée mondiale de la santé : l’engagement du Niger contre les maladies non transmissibles

La lutte contre les maladies non transmissibles domine ce mercredi 18 mai, les travaux de la 64ème Assemblée mondiale de la santé qui s'est ouverte lundi à Genève. Les États Membres ont tenu aujourd'hui une réunion d'information technique pour faire le point sur l'évolution inquiétante des maladies non transmissibles et des progrès réalisés en vue de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies prévue en septembre à New York.

64ème Assemblée mondiale de la santé à Genève

64ème Assemblée mondiale de la santé à Genève

Le Niger s’est réjoui du choix de l’OMS d’inscrire les maladies non
transmissibles au titre des priorités de santé publique. Selon le Ministre
de la santé publique du Niger, le pays est confronté à la charge morbide
des maladies non transmissibles, en plus du lourd fardeau que constituent
les maladies infectieuses et le paludisme. Soumana Sanda rappelle à cet
égard, les enquêtes sur l’hypertension artérielle et le diabète qui ont
montré « une prévalence de maladies non transmissibles en augmentation
croissante au Niger ».

Pour lutter contre ces maladies, le Niger a axé son combat sur plusieurs
chantiers, notamment la lutte contre le diabète et l’hypertension artérielle. Certaines mesures ont été également prises ces derniers mois comme la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, mais aussi la gratuité du dépistage du cancer chez les femmes. De façon plus générale, Niamey s’est engagé à recruter 450 médecins au chômage et près de 1600 paramédicaux.

L’OMS a publié, le 13 mai dernier, son rapport de Statistiques sanitaires mondiales 2011, qui indique que désormais, deux tiers des décès dans le monde sont dus aux maladies non transmissibles, comme les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer, en raison du vieillissement de la population et de la propagation des facteurs de risque associés à la mondialisation et à l’urbanisation. Selon l’OMS, la lutte contre les facteurs de risque comme le tabagisme, la sédentarité, la mauvaise alimentation et l’usage abusif de l’alcool, devient dans ces conditions de plus en plus cruciale.

(Extrait sonore : Soumana Sanda, Ministre de la santé publique du Niger)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...