Abyei : la situation humanitaire toujours précaire

Déplacés d'Abyei, Soudan, PHOTO MINUS / STUART PRICE.

Au moins 60 000 déplacés ont fui vers le sud après la prise d’une partie de l’enclave disputée d’Abyei par l’armée soudanaise, et leurs besoins en aide humanitaire restent «élevés», indique la Coordination humanitaire des Nations Unies.

«Au moins 60 000 personnes sont estimées comme étant actuellement déplacées et sont arrivées au sud d’Abyei, dans les États voisins de Nord Bahr el-Ghazal, Warrap et Unité», selon ce le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

«Les besoins de ces déplacés restent élevés, particulièrement en nourriture, eau potable et abri, alors que l’accès à ces populations déplacées reste toujours difficulté, explique OCHA.

«La première phase des opérations humanitaires dans le sud (d’Abyei) est en cours, se concentrant notamment sur la localisation des déplacés (…)», selon l’agence onusienne.

Les humanitaires commencent à s'organiser sur le terrain dans le sud et tentent de fournir aux populations déplacées l'aide de première necessité.

Le 21 mai, l’armée du Nord avait pris le contrôle de la ville d’Abyei et s’était déployée jusqu’à plusieurs kilomètres plus au sud.

Cette avancée a provoqué la fuite vers le sud, en zone sous contrôle de l’armée sudiste, de plusieurs dizaine de milliers de déplacés – en majorité des Sudistes de la tribu Dinka Ngok- dont beaucoup restent cachés dans la brousse par peur des bombardements aériens nordistes,

Même si certains retours ont été notés dans la zone d'Abyei, les femmes et les enfants continuent de se réfugier dans le sud de crainte de représailles.

(Extrait sonore : Elysabeth Byrs, porte-parole de la Coordination humanitaire de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...