Plusieurs dizaines d'immigrants portés disparus au large de Lampedusa

Environ 150 réfugiés subsahariens sont morts ou portés disparus mercredi et seule une cinquantaine a pu être sauvée après le naufrage en Méditerranée de leur embarcation en provenance de Libye.

Carte de Lampedusa, en Italie

Carte de Lampedusa, en Italie

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, l’embarcation d’environ 15 mètres, partie il y a deux jours de Zuwarah en Libye, transportait environ 300 réfugiés et se trouvait à quelque 70 km au sud-ouest de la petite île italienne quand elle a chaviré.

Ce bateau avait à son bord une quarantaine de femmes et cinq enfants et seules deux femmes sont sauvées pour le moment. Selon l’OIM, l’embarcation transportait des réfugiés ou des migrants originaires de la Somalie, de la Côte d’Ivoire, du Soudan, du Nigeria, du Tchad et du Bengladesh.

A l’origine de ce naufrage, une tempête toute relative (force 5-6, des rafales jusqu’à 29 nœuds, plus de 50 km/h), de la houle et l’excitation à bord de l’embarcation.

Selon les témoignages des rescapés recueillis par l’OIM, le bateau s’est ainsi retourné et les personnes à bord sont tombées à l’eau. L’agitation à bord n’était peut-être pas étrangère à l’affaire… Quoi qu’il en soit, ce sont quelque 300 personnes qui se sont retrouvées à l’eau, en pleine nuit donc, au large de Lampedusa, cette petite île italienne toute proche des côtes africaines.

Il y a trois semaines, 35 immigrés partis de Tunisie ont été portés disparus après le naufrage de leur embarcation. Il n’existe pas de chiffres officiels sur les victimes lors des traversées depuis l’Afrique, mais l’association caritative italienne Fortress estime qu’au moins 3.616 personnes sont mortes dans l’ensemble de la Méditerranée entre 2006 et 2008 en tentant de rejoindre les côtes européennes.

Or depuis janvier, avec la chute du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et l’insurrection en Libye, l’Italie est confrontée à un afflux exceptionnel d’immigrants, avec plus de 20.000 débarquements, essentiellement en provenance de Tunisie. Ces dernières semaines, près de 2.000 de réfugiés africains (Somaliens, Erythréens surtout) sont également arrivés en provenance des côtes libyennes.

(Extrait sonore : Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations ; propos recueillis par Alpha Diallo.)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...