PAM/Afghanistan : l’appel de fonds déficitaire

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a urgemment besoin de 257 millions de dollars afin de continuer à fournir de la nourriture et une assistance aux 7,3 millions d'Afghans vulnérables touchés par l'insécurité alimentaire que le PAM entend aider cette année. Ce sont principalement des femmes et des enfants.

Le PAM a besoin de plus de fonds pour sa mission en Afghanistan.

Bien que de nombreux gouvernements aient généreusement contribué aux opérations d’assistance alimentaire sur de multiples années en Afghanistan, il manque au PAM la moitié de ce dont il a besoin pour l’année en cours.

À cause d’une baisse des fonds disponibles, une grave rupture dans la chaîne d’approvisionnement de blé est prévue pour le mois de juin. Cela affectera des millions d’afghans, actuellement assistés par le PAM et ses partenaires. Le blé est l’aliment de base en Afghanistan et fait partie des rations dans presque l’ensemble des opérations du PAM, y compris les activités «Vivres contre travail», les programmes d’alphabétisation et de formations professionnelles destinés aux femmes et aux populations marginalisées, ainsi que les distributions alimentaires d’urgence. Les stocks d’huile végétale et de légumineuses devraient s’épuiser en juillet et en août, respectivement.

Faute de financements supplémentaires, le PAM sera obligé de réduire ses activités de repas scolaires de moitié en juin, ce qui aura des répercussions sur plus d’un million d’écoliers.

Des manques en produits nutritionnels spécialisés ont également forcé le PAM à réduire le nombre d’enfants de moins de cinq ans qu’il peut assister – ce nombre est passé de 62 000 par mois à 40 000 par mois. Or les nutriments de base sont vitaux pendant les premières années de vie, lorsque qu’une alimentation adéquate est essentielle au bon développement.

D’ici août, sans un soutien rapide et robuste de la communauté internationale, le PAM aura épuisé toutes les denrées restantes et se verra contrainte de réduire ou de suspendre certaines parties de ses opérations.

En Afghanistan, il faut deux à trois mois entre la réception d’une contribution et le moment où la nourriture est distribuée aux populations dans le besoin. Si de nouvelles contributions ne sont confirmées prochainement, la nourriture risque de ne pas être disponible à temps. Le PAM lance donc un appel aux donateurs pour une injection rapide de fonds, afin de débuter des achats locaux et régionaux dans l’optique de mitiger une rupture potentiellement dévastatrice de la chaîne d’approvisionnement.

(Extrait sonore : Marie Wentzell, porte-parole du PAM ; propos recueillis par Jean-Pierre Amissi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...