OIT : la prévention est la meilleure solution contre les accidents du travail

A l'occasion de la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail, l'Organisation internationale du travail (OIT) révèle dans un nouveau rapport publié jeudi que 2,3 millions de personnes meurent des suites d'un accident du travail et que près de 337 millions personnes sont touchées par un accident dans le cadre de leur activité professionnelle.

Organisation internationale du Travail

Organisation internationale du Travail

« Qu’ils surviennent dans une mine, une usine de produits chimiques, au bureau ou sur une exploitation agricole, les accidents du travail et les maladies professionnelles causent davantage de décès et d’infirmités que de pandémies comme le VIH/Sida ou la tuberculose », a déclaré le Directeur général du Bureau international du travail (BIT), Juan Somavia, dans un message adressé à l’occasion de la Journée mondiale et de la publication du rapport.

« Certains événements particulièrement dramatiques, comme l’accident nucléaire de Fukushima qui s’est produit cette année au Japon, ou celui qui est survenu l’an dernier sur le site minier de Pike River en Nouvelle-Zélande, sont fortement médiatisés. Il n’empêche que la plupart des lésions, maladies et décès d’origine professionnelle passent inaperçus », a-t-il ajouté.

Dans ce nouveau rapport, intitulé « Système de gestion de la sécurité et la santé au travail : un outil pour une amélioration continue », l’OIT définit une approche progressive à mettre en place à l’échelle nationale, au niveau de l’entreprise et en particulier dans les secteurs à haut risque. Selon l’OIT, la mise en place d’un tel système va aider à réduire le nombre d’accidents du travail, de maladies et de décès liés au travail.
« L’OIT attire l’attention sur le fait que les systèmes de gestion de la sécurité et de la santé au travail sont des moyens d’apporter sans cesse des améliorations. Instaurer une culture de la sécurité et de la santé axée sur la prévention suppose que les pouvoirs publics, les employeurs, les travailleurs et tous les acteurs concernés soient engagés, collaborent étroitement et agissent de concert; ce ne peut être la chasse gardée des experts », a insisté Juan Somavia.

« La sécurité et la santé au travail (SST) doivent faire partie intégrante des stratégies en faveur de l’emploi productif et du travail décent. Il s’agira donc d’aménager un juste équilibre entre les approches volontaires et les voies réglementaires, en tenant compte des pratiques et des besoins locaux. Mais le plus important est que la problématique de la sécurité et de la santé au travail soit constamment présente à l’esprit de chacun », a-t-il ajouté.

La Constitution de l’OIT énonce « qu’il existe des conditions de travail impliquant pour un grand nombre de personnes l’injustice, la misère et les privations, ce qui engendre un tel mécontentement que la paix et l’harmonie universelle sont mises en danger » et « qu’il est urgent d’améliorer ces conditions ».
La sécurité et la santé au travail est « la raison d’être de l’Organisation », estime Juan Somavia. « Alors que le monde arabe est en effervescence, ces mots fondateurs trouvent un écho encore plus large. En ce jour consacré à la sécurité et à la santé au travail, il est important de rappeler que l’Agenda du travail décent de l’OIT, dans sa totalité, constitue pour toutes les sociétés un véritable garant de paix », a-t-il conclu.
Cette année, de nombreux événements et activités devaient avoir lieu sur le terrain, partout dans le monde, afin de célébrer la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail. Entre autres, en Europe et en Asie centrale, des conférences ont été consacrées au système de gestion de la SST à Moscou et à Saint-Pétersbourg, en Russie et à Skopje, en Macédoine. Pour la première fois, une conférence internationale et une exposition sur la SST a lieu à Astana, au Kazakhstan, les 28 et 29 avril.

Le 28 avril également, une conférence intitulée « Journée mondiale pour un environnement professionnel de qualité – pour ceux qui s’intéressent à votre bien-être au travail » s’est déroulée à Oslo, en Norvège : les partenaires sociaux du pays y étaient représentés par l’Institut national de la santé au travail, l’Autorité de la sécurité pétrolière, la Confédération des entreprises de Norvège, la Confédération norvégienne des syndicats et l’Autorité norvégienne d’inspection du travail. Des instituts de recherche étaient également présents.

En Amérique latine, le gouvernement argentin a célébré la 8e Semaine de la sécurité et la santé au travail avec plusieurs conférences, ateliers et campagnes de sensibilisation dans la capitale, Buenos Aires. Le gouvernement de la province de Santa Fe a organisé lui aussi des ateliers et des séminaires pour marquer cette semaine spéciale. Le gouvernement argentin a décidé de consacrer l’année 2011 au travail décent et à la santé et la sécurité des travailleurs.

En Asie, le Bureau de l’OIT à Beijing et l’Administration d’Etat de la sécurité au travail a accueilli le 28 avril un atelier à Tangshan, en Chine, qui est dédié à la promotion d’une culture de sûreté dans l’entreprise.
En Afrique, un colloque sur la SST s’est tenu à Songea, en Tanzanie, en même temps que des expositions proposées par plusieurs entreprises et un concours des meilleures pratiques en prévision de la journée mondiale. En Algérie, pour sensibiliser les entreprises à la SST, des sessions de formation sur le lieu de travail ont été organisées du 25 au 28 avril, à Alger, Tizi Ouzou, Tlemcen et Annaba.

(Mise en perspective: Jérôme Longué)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...